Publicité

La biotech MDxHealth assure ses arrières et limite la casse en bourse

©REUTERS

Malgré un placement privé qui lui a rapporté 9 millions d’euros en offrant des actions avec une décote de 11%, le titre MDxHealth ne reculait que de 1% en fin de matinée.

En ce mois de septembre, les placements privés de biotechs belges se suivent mais ne se ressemblent pas. Il y a quinze jours environ, Celyad a placé 2 millions d’actions aux Etats-Unis et en Europe pour un montant brut de 18,2 millions d’euros. Le prix proposé de 9,08 euros par action représentait une décote de 25% par rapport au cours de la veille du lancement de l’opération. Le jour de la reprise de cotation, l’action a dévissé d’une ampleur similaire comme c’est généralement le cas.

Aujourd'hui, MDxHealth fait un peu figure d’exception. Si la biotech spécialisée dans le diagnostic moléculaire de certains cancers a levé un montant deux fois moins important (9 millions d’euros), l’action a réussi le tour de force de limiter fortement son repli. Avec un prix unitaire fixé à 85 centimes la décote s’élevait pourtant à 11%. Deux actionnaires existants, Biovest et Valiance, ont participé à cette opération, ce qui pourrait expliquer cette stabilité.

Un prêt qui n'est pas un cadeau 

Il faut dire aussi que MDxHealth n’a pas mis tous ses œufs dans le même panier. Elle a aussi conclu un contrat de prêt avec Kreos Capital pour un montant identique. Il peut être exercé jusqu’au 1er novembre.

Comme le soulignent les analystes de KBC Securities, les termes de cet accord sont durs. "Si des taux d’intérêt de 9,5% et un paiement de 5% à la fin du prêt sont des conditions déjà observées dans des cas similaires, les frais de 7% sous la forme d’un emprunt convertible et un poste d’observateur au sein du conseil d’administration en font une transaction particulièrement lourde."

Avec ces 18 millions d’euros supplémentaires, ils évaluent à 25 millions l’actuelle position de trésorerie de la société. Au regard du rythme des dépenses, cela permet de financer 15 mois d’activité. Leur recommandation reste à "conserver" avec un objectif de cours de 1,30 euro.

Manque de visibilité

Pour Trevor Hougen de Degroof Petercam, cette levée de fonds n’a pas changé ses perspectives sur la société. "La visibilité sur la croissance des volumes et des revenus reste limitée", juge-t-il. "La direction a indiqué dans un précédent communiqué de presse qu’elle ne formulerait probablement pas de prévisions avant début 2020."

L’analyste conseille toujours de "réduire" sa position sur la valeur. En raison de la dilution de l’action engendrée par l’augmentation de capital il a réduit son objectif de cours à 1,1 euro contre 1,2 euro. "Le risque avec notre recommandation à réduire est un rachat potentiel de la société", reconnaît-il.

Potentiel de hausse de 56%

Sur les cinq analystes qui suivent la valeur, deux sont à l’achat, deux autres suggèrent de la conserver et un dernier de la vendre. L’objectif de cours moyen s’élève à 1,45 euro, ce qui représente un potentiel de hausse de 56%.

Pour remettre les choses en perspective, rappelons que MDxHealth qui s’appelait alors OncoMethylome a été introduite en bourse en 2006 au prix de 7,5 euros par action.

Voilà, voilà…

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité