La biotech Oxurion mord la poussière, les analystes revoient leur copie

©EPA

L’essai clinique le plus avancé de la biotech belge Oxurion spécialisée dans les maladies oculaires n’a pas été concluant. Le titre a perdu plus de 42,91% en Bourse. Des analystes ont revu leurs ambitions sur la valeur.

La roche tarpéienne est proche du capitole ou, dit plus simplement, l’espace temporel entre l’ascension et la déchéance peut être extrêmement bref à l'instar d'un battement de cil, par exemple. Oxurion en fait aujourd’hui l’amère expérience.

Au début de l’été, cette biotech belge spécialisée dans les maladies oculaires et plus précisément la rétinopathie diabétique nous en avait mis plein les yeux. Son action s’était envolée de plus 40% en quelques semaines après la publication de résultats positifs de l’essai clinique de phase I du THR-149 dans le traitement de l’œdème maculaire diabétique.

Ce mardi, c’est le brutal retour sur terre pour l’ex-ThromboGenics pour laquelle ce n’est pas le premier revers de fortune. Rappelez-vous le rêve brisé du Jetrea….

Le THR-317 ne convainc pas

Un essai clinique de phase IIa évaluant son produit, le THR-317, en combinaison avec une autre molécule (le ranibizumab) pour le traitement de l’œdème maculaire diabétique (DME) s’est révélé très décevant. Pour ne pas dire un échec. Aucune amélioration n’a été constatée avec la thérapie combinée au niveau de la correction de l’acuité visuelle par rapport à la monothérapie à base de ranibizumab sauf auprès de deux sous-groupes. Une pilule d’autant plus difficile à avaler qu’il s’agit là du programme le plus avancé de la biotech.

La sanction des investisseurs a été, comme souvent avec les biotechs, particulièrement brutale: le titre a dégringolé de 42,91% pour se négocier autour de 3,3 euros.

Objectifs de cours baissés

Les analystes ont également revu leur copie. Chez Kepler Cheuvreux on a désormais retiré le THR-317 pour la DME de sa valorisation de l’action ce qui a abouti à une réduction de l’objectif de cours à 3,8 euros contre 5,5 euros avant. La recommandation est actuellement à l’examen.

Décision identique auprès de Degroof Petercam avec un "target" désormais fixé à 2,8 euros contre 4 euros auparavant. Le conseil reste à "conserver".

Du côté de KBC Securities ("acheter"; 6 euros), on souligne que les données tirées de l’étude sont informatives, mais elles déçoivent, car aucune amélioration de la vue n’a été observée avec la thérapie combinée. Cela génère de l’incertitude concernant l’avenir stratégique du THR-317 en raison de médicaments concurrents et l’entrée prochaine sur le marché de biosimilaires.

Les analystes du broker se penchent actuellement sur une nouvelle évaluation de la biotech en tenant compte des données tirées de la phase I du THR-149 pour la DME et celles à venir (fin 2019-début 2020) du THR-687 qui cible la même affection.

Du neuf le 5 septembre

On attend également, pour la fin de l’année, les résultats de la phase I du THR-317 pour le traitement d’une maladie oculaire rare, la télangiectasie maculaire idiopathique.

Oxurion publiera ses résultats semestriels le 5 septembre. À l’issue du premier trimestre, le total de ses liquidités s’élevait à 76,2 millions d’euros contre 85,1 millions trois mois plus tôt.

Lire également

Publicité
Publicité