La biotech PDC*line conclut un méga-partenariat sur le cancer

Arrivée à Liège en 2016, la société de thérapie cellulaire PDC*line a signé un accord de licence avec le groupe pharmaceutique coréen LG Chem pour développer son vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon en Asie. Montant total: 108 millions d’euros.

Pour une société aussi jeune, l’opération est plutôt impressionnante, voire même hors norme: la biotech liégeoise PDC*line pharma, spécialisée dans l’immuno-oncologie, a annoncé avoir conclu un accord de licence d’un peu plus de 100 millions d’euros avec un poids lourd coréen pour le développement et la commercialisation de son vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon.

Selon les termes de cet accord, PDC*line Pharma va coopérer avec la société LG Chem Life Sciences, la division sciences de la vie du conglomérat géant LG, qui disposera des droits complets de développement et de commercialisation du candidat médicament pour la Corée du Sud, ainsi que d'une option exclusive dans les autres pays d’Asie.

PDC*line Pharma recevra un paiement initial à court terme, qui sera suivi de paiements d’étape ultérieurs lors du développement clinique et réglementaire, le tout pour un montant total allant jusqu'à 108 millions d’euros. La société percevra également des redevances basées sur les ventes nettes du produit sous licence sur les marchés asiatiques.

Une technique innovante

Le produit en question est le PDC*lung, un candidat vaccin thérapeutique contre le cancer du poumon. Contrairement aux vaccins traditionnels qui préviennent les maladies (comme pour la rougeole ou la polio), les vaccins thérapeutiques pour le cancer sont conçus pour traiter un cancer déjà présent et en réduire la croissance potentielle.

Société de thérapie cellulaire, PDC*line Pharma a développé une technique innovante d'immunothérapie du cancer en s'appuyant sur une lignée "universelle" de cellules dendritiques d'origine plasmacytoïde qui peuvent être chargées avec divers types d'antigènes tumoraux cibles. Les cellules dendritiques, que l'on trouve dans le sang, les muqueuses, la moelle osseuse et le thymus, permettent de déclencher des réponses immunitaires à une menace contre l'organisme.

Un premier accord

Cet accord est le premier du genre pour PDC*line, une société créée initialement en France (Grenoble) en 2014. Spin-off de l’Etablissement français du sang, la biotech s’est établie en 2016 à Liège sous l’impulsion de son CEO, Eric Halioua. Ce dernier n’est pas un inconnu dans la sphère des biotechs wallonnes puisqu’il est l’ancien patron de Promethera, un autre grand nom de la thérapie cellulaire dans le sud du pays.

"Nous avons intialement mené un premier essai clinique de faisabilité de phase I dans le mélanome" explique Eric Haloua. "Nous nous concentrons maintenant sur le cancer du poumon. Une étude de phase Ib/Iia va débuter au deuxième trimestre 2019. De son côté, LG Chem Life Sciences mènera également une étude similaire en 2020". "Cet accord de licence est une excellente occasion pour PDC*line Pharma d'élargir le champ de ses programmes cliniques d'immuno-oncologie et de faire bénéficier de notre technologie à de nombreux patients dans le monde entier. En outre, l'accord avec LG-Chem Life Sciences, l’une des principales sociétés pharmaceutiques coréennes, constitue une reconnaissance majeure de l’approche unique de PDC*line et de son potentiel", a encore fait valoir Eric Halioua. 

"L'accord avec LG-Chem constitue une reconnaissance majeure de l’approche unique de PDC*line"
Eric Halioua
CEO de PDC*line


Installée dans le bâtiment Giga au Sart Tilman, PDC*line compte une vingtaine de collaborateurs. La jeune entreprise a levé à ce jour 17 millions d’euros, dont 7,6 millions d’euros en fonds propres et en prêts auprès d’investisseurs belges (MeusInvest, Innodem3, InvestSud et SFPI) et de plusieurs business angels, dont Jean-Paul Prieels (ex-GSK). Le reste est constitué de 9,3 millions d’euros d’investissements non dilutifs, y compris des avances récupérables et subventions de la Région wallonne et d’organismes français et belges.

Eric Halioua, CEO de PDC line

Lire également

Publicité
Publicité