Le quitte ou double de Bone Therapeutics

©Bone Therapeutics

Bientôt à court de liquidités, l'avenir de la biotech Bone Therapeutics est suspendu aux résultats intermédiaires d'une phase III qui seront publiés au cours du second semestre 2018. Le titre a clôturé sur une avancée de 1,93% ce mardi, à 9,51 euros.

Avec Bone Therapeutics , on ne peut pas à proprement parler de "success story" boursière. On est même bien loin du compte. Deux chiffres suffisent à s’en convaincre. L’introduction en Bourse, lancée début 2015, a été réalisée au prix de 16 euros (dans la partie haute de la fourchette de 14,5-16,5 euros). Aujourd’hui, même s’il a grimpé de plus de 20% depuis le début de l’année, le titre a terminé sur une avancée de 1,93% à 9,51 euros. Pas de quoi pavoiser, donc.

D’autant plus que l’ancienne spin-off de l’ULB spécialisée dans la thérapie cellulaire osseuse traverse une passe financière délicate. Même si elle applique une gestion rigoureuse, ses caisses se vident a vue d’œil. Début d’année, sa position de trésorerie s’élevait à 8,4 millions. Elle a dépensé 11,9 millions d’euros en 2017. Le calcul est vite fait. "La société dispose de cash jusqu’au 3e trimestre 2018 " estiment les analystes de KBC Securities.

Appel du pied

La biotech carolo a bien tenté de lever des fonds fin de l’année dernière. Mais après avoir lancé un placement privé de 8 millions d’euros, son partenaire russe lui a fait faux bond. Placement annulé et retour à la case départ.

Sans mauvais jeu de mot, le temps presse pour Bone si elle ne veut pas se retrouver avec rien que la peau sur les os.

Son communiqué de presse publié ce matin se veut sans doute un appel du pied adressé au marché pour mettre en avant le développement de son pipe line qui comporte deux produits, l’ALLOB et le PREOB.

"Evénement majeur pour l'action"

Le point d’orgue est attendu pour le second semestre 2018 avec la publication des résultats intermédiaires du suivi à un an des 44 premiers patients de son essai phase III avec le PREOB dans l’ostéonécrose de la hanche. "Ces résultats constitueront un événement majeur pour le cours de l’action dans la mesure où s’ils sont positifs, ils ouvriront la voie à la commercialisation du produit, écrivent les analystes de KBC Securities. Des données positives renforceront également la position de Bone Therapeutics dans des accords potentiels de licence comme celui conclu avec Asahi Kasei en septembre de l’an dernier". Ils restent d’ailleurs à "accumuler" sur la valeur avec un objectif de cours de 11 euros.

Une OPA?

L’année 2018 s’annonce donc cruciale pour la biotech. Si les résultats intermédiaires de la phase III du PREOB donnent entière satisfaction, la biotech qui pèse 65 millions d’euros en Bourse sera en grande partie "dérisquée ". Lever des capitaux sera moins délicat et, surtout, elle pourra aiguiser l’appétit d’un éventuel repreneur dont la tâche sera d’autant plus aisée que le tour de table de Bone est loin d’être verrouillé avec un flottant de 75,29%. Tom Simonts économiste chez KBC estimait, il y a peu,  dans nos colonnes que Bone figurait dans la liste des biotechs belges opéables.

actionnariat bone therapeutics

Si, par contre, le succès n’est pas au rendez-vous, la sanction du marché pourra se révéler particulièrement brutale. Dans les biotechs, les chutes en Bourse peuvent glacer les os…

Quoi qu’il en soit, en attendant l’issue de cette phase III, Bone Therapeutics n’aura sans doute pas d’autre choix que de solliciter les investisseurs pour assurer la continuité de ses activités.

Analystes

Notons qu'outre KBC Securities, deux autres brokers suivent la valeur. Bryan Garnier est le plus optimiste avec un avis à "acheter" et un objectif de cours de 17 euros. Kepler Cheuvreux, pour sa part, vise les 9 euros et recommande de conserver le titre.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect