analyse

Les brokers ajustent le tir sur Argenx qui pèse plus que Solvay

La capitalisation boursière d'Argenx est désormais du même ordre que celle de Solvay. ©EPA

Le succès de la phase III de son produit-phare a dopé l’action Argenx. Dans la foulée, de nombreux analystes ont relevé leur objectif de cours sur cette biotech, désormais "dérisquée".

Mardi, Argenx a mis un pied dans la cour des grands en dévoilant les résultats positifs d’un essai clinique de phase III impliquant son produit-phare, l’efgartigimod, dans le traitement de la myasthénie grave.

C’est la première fois que cette biotech belgo-néerlandaise mène à terme une phase III. Biotech qui, avec une capitalisation de 8,1 milliards d’euros, pèse désormais plus en bourse que Solvay (7,5 milliards)... sans encore rien produire. À ce stade, on dit souvent qu’une biotech est "dérisquée", son produit ayant prouvé son efficacité après un développement clinique coûteux. Certains prédateurs attendent souvent ce moment pour jeter leur dévolu sur une cible potentielle, comme ce fut le cas en Belgique avec Ablynx et TiGenix.

Pipeline étoffé

L’étape suivante pour Argenx est la commercialisation aux États-Unis où une demande en ce sens sera déposée cette année. Viendront ensuite le Japon et l’Europe.

8,1 milliards
euros
La capitalisation boursière d'Argenx est désormais légèrement supérieure à celle de Solvay.

Et ce n’est qu’un début. Si l’efgartigimod est actuellement testé pour traiter trois autres maladies, le pipeline d’Argenx compte d’autres molécules comme le cusatuzumab développé en partenariat avec Janssen. Elle est actuellement testée dans deux phases II, dont l’une cible la leucémie myéloïde aiguë. L’ARGX-117 et l’ARGX-118 sont, elles, en stade pré-clinique.

Profitant de l’envolée de 30% de son action mardi, Argenx a, en toute logique et guidée par une gestion avisée, décidé de garnir ses caisses qui contenaient déjà une "petite" réserve de 1,3 milliard d’euros, fin mars. Elle a lancé hier soir une offre globale de nouvelles actions aux États-Unis et en Europe dans le but de récolter 500 millions de dollars. Au moment d’écrire ces lignes, l’opération était toujours en cours.

Targets relevés

Du côté des analystes financiers, les relèvements des objectifs de cours se sont enchaînés ces dernières heures. En Europe, Kempen est désormais le broker le plus optimiste avec un target de 220 euros alors que la moyenne est de 190 euros. Kepler Cheuvreux est, quant à lui, passé de 160 euros à 215 euros tandis que KBC Securities vise désormais 194 euros – ce qui est proche du cours de clôture de mardi, expliquant ainsi qu’il ne soit plus à l’achat sur la valeur mais à "conserver".

À ce stade, on dit souvent qu’une biotech est "dérisquée", son produit ayant prouvé son efficacité après un développement clinique coûteux.

Même tendance aux États-Unis où Argenx est cotée sur le Nasdaq sous la forme de certificats d’actions. Morgan Stanley ("acheter") a relevé son target à 258 dollars contre 180 dollars avant. Plus prudent, avec un conseil à "neutre", Credit Suisse, est passé de 160 à 191 dollars.

Des deux côtés de l’Atlantique, une très large majorité d’analystes recommandent un achat du titre.

Tout savoir sur le coronavirus Covid-19

La pandémie de coronavirus Covid-19 frappe de plein fouet la vie quotidienne des Belges et l'économie. Quel est l'impact du virus sur votre santé et sur votre portefeuille? Les dernières informations et les analyses dans notre dossier. 

Par thématique:

Lire également

Publicité
Publicité