Publicité
Publicité

Pourquoi Biocartis boit la tasse en Bourse

Herman Verrelst, le CEO de Biocartis. ©Wim Kempenaers

Séance très difficile ce jeudi pour la biotech Biocartis sur Euronext Bruxelles. Le titre chutait de plus de 10% après l'annonce de l'émission d'une obligation convertible en actions Biocartis. Explications.

L’action de la biotech Biocartis chutait de 10,6% ce jeudi matin sur Euronext Bruxelles. En cause : l’annonce ce jeudi matin de l’émission d’une obligation convertible destinée aux investisseurs institutionnels, qui a rapporté 150 millions d’euros, a précisé la société de Malines dans l'après-midi.

Ce montant s’ajoute à celui de 56 millions levé fin janvier via la vente de nouvelles actions. En comptant son IPO qui a eu lieu en avril 2015, la biotech a déjà amassé 284 millions d’euros sans compter l’opération de ce jeudi. Fin mars, les liquidités de Biocartis s’élevaient encore à 100 millions d’euros.

Plus de sécurité

Pourquoi cette société spécialisée dans le diagnostic médical n’est-elle pas passée, cette fois, par la case classique du placement privé d’actions ? "Il s’agit d’une diversification stratégique sur le plan financier" nous a expliqué Renate Degrave, la porte-parole de la biotech. "En outre, ce genre de produit offre plus de sécurité aux investisseurs."

Ceux-ci pourront en effet, conserver leurs obligations émises à 100% de leur valeur nominale pendant cinq ans en étant assuré de percevoir, chaque année, des intérêts de 4%, un taux assez faible compte tenu de la faculté de conversion.

S’ils le préfèrent, ils pourront convertir tout ou partie de celles-ci à tout moment à partir du premier décembre 2019 en actions Biocartis. Le prix de conversion est fixé à 25% au-dessus d’un prix de référence qui sera déterminé à partir du cours moyen d’aujourd’hui.

Dilution et transfert de risque

C’est notamment pour cette raison que le titre flanche en Bourse. La conversion en actions nouvelles va entraînera un accroissement du nombre de titres en circulation et donc une dilution de la valeur tout comme lors d’un placement privé d’actions nouvelles. Autre conséquence. Les investisseurs institutionnels vont vendre les actions et acheter les obligations ce qui va provoquer une baisse du titre estime Tom Simonts, économiste senior chez KBC.

Concrètement, si le cours de référence est fixé à 10 euros (c'est un exemple) avec une prime de 25% on arrive à un prix de conversion de 12,5 euros. Si cours de l’action dépasse ensuite significativement ce seuil, les souscripteurs auront tout intérêt à procéder à l’échange. En cas de chute du cours, ils ont la garantie de toucher des intérêts et se garderont bien de convertir leurs obligations en actions.

Soutenir la croissance de l'Idylla

L’évolution de l’action Biocartis en Bourse va beaucoup dépendre du succès de la commercialisation en cours de l’Idylla, son mini-labo de diagnostic et des cartouches utilisées en fonction des maladies à détecter.

Les fonds levés en janvier et en mai serviront d’ailleurs a soutenir cet effort. Au cours du premier trimestre, le nombre d’Idylla installés a franchi la barre des 1.000 unités. Pour l’ensemble de l’année, Biocartis table sur 350 nouveaux Idylla placés et sur une croissance des volumes des cartouches comprise entre 60% et 70%. Le 25 avril, la biotech visait une position de liquidités entre 55 millions et 65 millions à la fin de l’année.  

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité