Un timing difficile pour le placement de Celyad

©Celyad

Celyad veut remplir ses caisses alors que son cours de Bourse a chuté de 30% par rapport à la fin janvier. La biotech a rapporté, par ailleurs, des effets indésirables rencontrés avec son produit-phare le CYAD-01. Les analystes de KBC attendent d'en savoir plus pour mettre à jour leur note d'investissement sur la valeur.

L’annonce de l’augmentation de capital de Celyad , hier soir, n’est pas une surprise pour ceux qui suivent la valeur de près. En novembre 2017, son CEO n’avait pas fait mystère de sa volonté de lever des fonds au cours du premier semestre de cette année.

Même si sans cette opération la biotech disposerait de moyens financiers suffisants pour poursuivre ses activités jusqu’à la fin du premier trimestre 2019, soit 25,1 millions d'euros, il était apparemment temps de remplir les caisses pour poursuivre sereinement le développement des programmes de recherche.

Déception en Bourse

Reste que le timing n’est pas particulièrement heureux avec un dernier cours 26,2 euros alors que fin janvier l’action s’échangeait encore autour de 38 euros, soit une chute de 31%. Après avoir vu son titre s’envoler de 94% l’an dernier, 2018 s’annonce, pour l’heure, moins rutilante avec un recul de 24% depuis le début de l’année.

En général, les biotechs tentent également de coupler une levée de fonds avec de bonnes nouvelles censées donner un coup de fouet au cours et donc limiter la dilution. Rien de tel ici. Nécessité fait loi, sans doute.

Effets indésirables

En même temps que l’annonce de ce placement privé aux Etats-Unis et en Europe portant sur 1,8 million actions, Celyad a fait le point sur son premier trimestre et sur les événements récents. Rappelons qu’en avril dernier elle a publié dans une revue scientifique de référence l’étude de cas de la première réponse complète au monde par sa thérapie cellulaire chez un patient atteint de leucémie myéloïde aiguë, un cancer du sang et de la moelle osseuse.

Sur la base des données disponibles début avril, Celyad confirme le bon profil de sécurité de son produit-phare le CYAD-01 en tant que monothérapie (essai "Think") chez des patients atteints de leucémie myéloïde aiguë et chez d’autres souffrants d’un cancer colorectal. Sur un total de 20 patients, la biotech mentionne toutefois des effets indésirables sérieux de grade 4 rapportés chez deux patients et deux autres de grade 5 non reliés à l’administration du produit.

"Pour le reste de 2018, la sécurité du CYAD-01 devra être suivie de près à des niveaux de dose plus élevées, estiment les analystes financiers de KBC Securities. "Pour le moment, il n’est pas clair si les événements de grade 4 et 5 sont liés à la nouvelle formule du CYAD-01 ou/et au niveau de la dose" ajoutent-ils. Un nouveau processus de fabrication du CYAD-01 a été adopté en décembre 2017. Les analystes qui restent à l’achat sur la valeur avec un objectif de cours de 48 euros attendent d’en savoir plus les effets indésirables constatés pour mettre à jour leur note d’investissement.

Potentiel de hausse de 120%

Degroof Petercam suit aussi Celyad de près mais comme la banque fait partie du syndicat de placement en charge de la vente des actions, elle n’a pas publié de commentaires aujourd’hui. Les autres établissements impliqués sont Wells Fargo Securities, Bryan Garnier, LifeSci Capital et Kempen qui agit en tant que conseiller.

Avant l’annonce de cette levée de fonds et des effets indésirables constatés avec le CYAD-01, tous les analystes (7) suivant la valeur recommandaient un achat. L’objectif de cours moyen atteint 57,5 euros, soit un potentiel de hausse de 120%. Le plus enthousiaste est Portzamparc avec un "target" de 73 euros alors qu’Invest Securities joue la prudence (36,2 euros).

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content