carte blanche

Faut-il avoir peur des monnaies digitales?

Les monnaies digitales, qui se veulent en partie une alternative aux devises traditionnelles, avec leurs risques politiques et inflationnistes, vont peut-être finir par aider ces mêmes devises en limitant la hausse de l’inflation pour tout le monde...

Par Marie Owens Thomsen Global Head of Economic Research Indosuez Wealth Management

©doc rv

Les crypto-devises sont en marche. Bitcoin a connu une forte appréciation, ayant plus que doublé cette année. En 2010, un Bitcoin valait 0,05 dollar. Il y a un mois, le 25 mai 2017, la devise digitale atteignait 2.466 dollars – depuis lors elle a encore grimpé et s’approche désormais des 3.000 dollars. Une personne qui aurait investi 1.000 dollars en 2010 serait donc l’heureux propriétaire de… 46 millions de dollars aujourd’hui. Essuyons nos larmes de regret, et regardons la chose de plus près.

Les fonctions d’une monnaie sont d’être un moyen de paiement, une réserve de valeur et une unité de compte. Concernant le moyen de paiement, plus de 20 millions de personnes utilisent Bitcoin, surtout aux Etats-Unis et en Europe.

Au Japon, une nouvelle loi promet désormais un développement plus rapide de l’utilisation des devises digitales. Entrée en vigueur en avril, cette loi autorise, en effet, d’effectuer des paiements en devises digitales et renforce la réglementation autour des Bourses qui font le marché dans ces devises.

Parallèlement, plusieurs distributeurs de produits de consommation ont relevé le flambeau et proposent dorénavant la possibilité de payer en devise digitale. L’attractivité des devises digitales comme moyen de paiement est également évidente pour les voyageurs qui s’évitent ainsi le souci de taux de change.

Volatilité décourageante

Pour autant, l’utilisation des monnaies digitales comme moyen de paiement dépend également de la capacité de la devise à conserver sa valeur… Or la volatilité du prix du Bitcoin a été extrême. Le prix du Bitcoin en dollars américains se situait à 127 dollars en septembre 2013, grimpait à 1140 en novembre de la même année, pour ensuite perdre la moitié le mois suivant.

Ce genre de volatilité décourage les consommateurs et les investisseurs, qui sont généralement incapables de la tolérer et limitent du même coup l’usage de la monnaie en tant que réserve de valeur.

La fonction d’une monnaie d’être une unité de compte consiste à pouvoir être représentée comme base de comparaison entre des prix divers et variés. De toute évidence, une trop grande volatilité de la devise digitale perturbe cette fonction, car cela rend plus difficile de jauger l’évolution de la valeur sous-jacente.

Supposons une chambre d’hôtel à New York, payée 1 Bitcoin un jour, et une chambre payée 2 Bitcoin à Tokyo, le mois suivant. Est-ce deux fois plus cher à Tokyo ou est-ce la devise qui fluctue? La comparaison est forcément plus aisée quand la devise est plus stable. Toute monnaie subit une certaine volatilité, mais son effet néfaste est, en partie, mitigé par la liquidité dans les marchés de taux de change.

En ce qui concerne les devises digitales, la liquidité n’est pas encore au point et le temps d’effectuer une transaction se compte souvent en heures. En outre, le coût de traitement de la transaction est élevé. Tout cela implique que les devises digitales sont des monnaies adaptées uniquement à ceux qui sont prêts à accepter ces inconvénients: volatilité, manque de liquidité et coûts élevés.

L’attractivité de Bitcoin réside dans le fait que le prix est déterminé par l’offre et la demande (outre toute spéculation) et que l’offre maximale est limitée à 21 millions.

Dans un marché en plein essor

Au 1er juin, il y avait 16,4 millions de Bitcoin en circulation. Il n’y a donc pas d’influence politique sur la quantité de Bitcoin en circulation. L’offre est connue.

Il y a évidemment d’autres crypto-devises. La valeur totale des Bitcoin en circulation est d’environ 50 milliards de dollars. Mais le marché total des devises digitales vaut à peu près le double.

Les dix crypto-devises les plus importantes représentent, à elles seules, presque 95% du marché, les 800 suivantes seulement 5%. On notera, à cet égard, qu’il y a eu quelque 100 nouvelles créations cette année (Initial Coin Offerings).

Le marché des devises digitales est donc en plein essor, semblable à l’époque des "dot.coms" au début du siècle. Ayant connu des hausses aussi spectaculaires, des baisses, qui le seront tout autant, vont très probablement suivre. Cela n’empêchera pas la technologie de continuer à se développer et son utilisation à devenir plus sûre pour les consommateurs et les investisseurs.

La technologie "blockchain", elle, se répand déjà et s’utilise dans la lutte contre le blanchissement d’argent, entre autres. Tout comme avec l’internet, nous n’avons qu’une vague idée de la taille de la révolution à venir. En toute probabilité, elle générera une concurrence accrue en mettant certaines sociétés et industries au défi, et elle mettra une pression structurelle vers le bas sur l’évolution des prix dans le monde.

Dans ce sens, les monnaies digitales, qui se veulent en partie une alternative aux devises traditionnelles, avec leurs risques politiques et inflationnistes, vont peut-être finir par aider ces mêmes devises en limitant la hausse de l’inflation pour tout le monde. Un bel exploit!

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content