"Grâce au blockchain, nous pourrons éradiquer la bureaucratie"

Imaginez que toute la paperasse soit automatisée, sécurisée et numérisée dès la naissance. Enregistrement à la commune, ONE, banque, mutuelle… Merci la blockchain! ©Hollandse Hoogte / Irma Bulkens Fotografie

La révolution blockchain ne s’arrête pas à la sphère privée. Son impact sur l’administration publique pourrait s’avérer immense. Les responsables de la Ville d’Anvers qui l’ont testée parlent d’un apport comparable à ce "que la roue fut à la mobilité".

"Je vais vous montrer plusieurs exemples. Mais attention, vous sortirez d’ici frustré parce que la blockchain n’est pas encore disponible." Roel Verhaert ricane alors qu’il fait défiler de manière quasi automatique les slides de sa présentation PowerPoint. L’ancien secrétaire de la Ville d’Anvers, à la retraite depuis le 1er septembre, a souvent donné cette présentation à tous les niveaux de pouvoir. Ils voulaient tous savoir comment la Ville d’Anvers avait expérimenté cette nouvelle technologie qui se retrouve au centre de toutes les discussions: la blockchain.

Un grand livre

Pendant ses 40 ans de carrière à la Ville d’Anvers, Roel Verhaert – qui dirigeait près de 8.000 fonctionnaires – s’est donné une mission: "Dans tous les traités, chartes et Constitutions que nous connaissons, on nous alloue toute une série de droits. Mais il en manque un, et non des moindres. Je trouve que les citoyens ont droit à des services publics simples. Avec la blockchain, nous disposons enfin d’une technologie qui pourrait faire aboutir ma mission. Avec une bonne approche, nous pourrons bientôt éradiquer la bureaucratie."

Petit résumé: la blockchain permet de réaliser et d’enregistrer des transactions de manière irréfutable, sans qu’il soit nécessaire de disposer d’un point de contact central. Chaque transaction est identifiée à l’aide d’algorithmes complexes et de petits blocs cryptés associés à la chaîne numérique personnelle d’un individu. Comme un petit bloc est lié à chaque personne associée à une transaction, toutes les parties prenantes peuvent exercer un contrôle permanent. Ce qui rend notamment la fraude quasi impossible.

"Il faut imaginer ce concept comme une sorte de grand livre comptable, poursuit Roel Verhaert. Tout ce qui se passe dans une entreprise est consigné sur une ligne dans la comptabilité. Avec la technologie du blockchain, ces lignes ne peuvent être ni effacées ni falsifiées. Vous avez la certitude que ce que vous voyez est authentique."

"Avec la blockchain, nous pourrons libérer 2.000 employés de l’administration pour qu’ils se concentrent sur les vrais besoins du citoyen."
roel verhaert
ancien secrétaire de la Ville d’Anvers

Le blockchain pourrait décharger les autorités de nombreuses tâches. "Enregistrer, authentifier, accorder des autorisations et réaliser des transactions. À l’heure actuelle, nous devons passer par les services publics pour toutes ces tâches. Avec la blockchain, tout cela pourra être réalisé plus rapidement et plus efficacement, explique Roel Verhaert. Ici, dans le bâtiment administratif Den Bell, 2.000 fonctionnaires s’occupent exclusivement d’autorisations, d’actes et de registres. Eh bien, 99% de ces processus administratifs pourraient parfaitement être transférés dans une blockchain hyper simple. Nous pourrions d’un seul coup libérer de ces tâches 2.000 des 8.000 employés pour qu’ils se concentrent sur les besoins réels de la société."

Déménagement intelligent

Le bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever, partage totalement cette vision. "La blockchain sera à la simplification administrative ce que la roue fut à la mobilité. Nous pourrons éviter beaucoup de tracasseries aux citoyens ces prochaines années. Cette ambition se trouve au cœur de nos priorités."

le premier bébé blockchain

Il est peu probable que vous ayez entendu parler de Roma Siri. Cette petite fille est la première personne sur terre dont la naissance a été enregistrée à l’aide de la technologie du blockchain. La petite Roma est née le 6 novembre 2015 à San Francisco. Au lieu de déclarer sa naissance auprès des autorités locales, son père, Santiago Siri, un entrepreneur en technologie du blockchain, a décidé d’enregistrer sa naissance différemment.

Il a filmé la déclaration de naissance de l’hôpital et quelques témoins, et a créé, via le site internet proofofexistence.com, un code unique et protégé associé à la naissance de sa fille. Par ce geste, le père de Siri a voulu démontrer que la technologie blockchain pouvait enregistrer des événements incontestables.

Une des applications concrètes que teste Anvers enregistre toutes les étapes de la vie d’un citoyen, de sa naissance à son décès. Une fois "enregistrés", ces événements déclenchent automatiquement une série de processus administratifs. Par exemple, si un médecin ou une sage-femme enregistre la naissance d’un enfant, cette information peut être automatiquement transmise à l’administration locale, à l’ONE, à la banque, à la société d’assurance et à la mutuelle. Les citoyens ne doivent donc s’acquitter que de la première étape. La blockchain s’occupe du reste.

Une déclinaison technologique pourrait être utilisée en cas de déménagement des citoyens. Ils pourraient ainsi tout régler en une fois et toutes les parties concernées seraient automatiquement informées. C’en serait fini des demandes de permis de résidence, d’attendre l’agent de quartier, de prévenir le fournisseur d’énergie et d’eau, ou bpost. Tout se ferait automatiquement.

Anvers ne compte pas en rester là. "Pendant deux ans, le quartier Sint-Andries, entre le sud de la ville et la Groenplaats, sera transformé en smart zone, explique Bart De Wever. Les Anversois créatifs, les jeunes entreprises, les instituts de recherche et les autorités pourront y tester leurs idées pour la ville intelligente de demain. Nous utiliserons certainement ce projet pilote de smart zone pour tester le concept blockchain. La blockchain est un pont qui devrait apporter des solutions concrètes pour rendre la vie des Anversois encore plus agréable. Les citoyens doivent sentir que cette ville intelligente de demain n’est pas une histoire de technologie incompréhensible, mais génère des applications très pratiques dont on peut se demander pourquoi il a fallu attendre si longtemps pour en disposer."

L’enjeu numérisation

La blockchain, pour débutants

Pour certains, il s'agit de la plus grande innovation depuis internet. Pour d'autres, ce n'est qu'une tendance pour laquelle les attentes sont excessives. Une chose est certaine: la blockchain est au coeur du débat digital. → Notre dossier

Roel Verhaert est convaincu que ce ne sera pas difficile. "Vous constatez vous-même à quel point le concept est simple. N’aimeriez-vous pas pouvoir en disposer dès aujourd’hui?"

Seule condition: une numérisation correcte. "Quand on parle aujourd’hui de numérisation des services publics, on a trop souvent tendance à penser en termes de numérisation des processus existants (et inefficaces). Si vous numérisez du chaos, qu’obtenez-vous? Du chaos numérisé! Avec la blockchain, nous avons l’opportunité de repenser et de revoir les processus en profondeur. Les fonctionnaires doivent se consacrer à l’avenir, et non au passé."

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content