blog

Des foulards rouges sur les listes PS

Nicolas Deprets, attaché de presse FGTB fédérale

On appelle cela l'Action commune. Quand la FGTB donne la main au PS, au point que ses militants et délégués trustent les places sur les listes communales. Un coup de canif dans la sacro-sainte indépendance syndicale?

On colle toujours à la FGTB le qualificatif de  socialiste. Le syndicat "socialiste". Les rouges. Du même rouge que le PS.

Et pourtant, son acronyme ne comporte en rien la lettre "s". La FGTB, c'est la Fédération générale du travail de Belgique. Pas le mot "socialiste" là dedans. Et l'indépendance syndicale face au PS, la FGTB la brandit comme un étendard dès qu'on l'accuse de mener un combat politique au nom du PS contre les ennemis libéraux. 

Communales 2018 - Le blog

Retrouvez tous nos billets sur l’endroit et l’envers du décor des élections communales sur notre blog >

Ça, c'est quand on est dans la période calme entre deux élections. Ce slogan d'indépendance syndicale,  la FGTB ne l'a pas tout à fait rangé aujourd'hui. Mais l'a mis nettement en sourdine. Beaucoup de ses membres se sont lancés dans le combat électoral aux côtés du PS. Jusqu'au bras droit du bientôt président Robert Verteneuil, Nicolas Deprets. L'attaché de presse du syndicat figurera en 3e position sur la liste provinciale du PS dans le Hainaut. 

Et c'est là qu'il faut se rappeler cette petite phrase de l'ex-secrétaire général Marc Goblet, sortie il y a tout juste un an, lors de son départ de la tête du syndicat: "Je n'oublie pas que la FGTB est une émanation du POB (parti ouvrier belge, ancêtre du PS), et qu'à un moment on nous a donné notre indépendance. Et nous y tenons farouchement. Mais on n'oublie pas nos relations historiques." 

On n'oublie pas nos relations historiques. Les élus PS non plus ne l'oublient pas. Comme Elianne Tillieux par exemple, qui entraînera la liste socialiste dans la ville de Namur. Avec à sa suite une flopée de délégués syndicaux FGTB et des membres de la mutualité Solidaris. L'Action commune mènera son combat contre le cdH dans la capitale wallonne. Et l'e-ministre compte bien sur cet appui pour emporter le combat. 

Là aussi, c'est l'occasion de noter que ce vendredi 25 mai 2018, jour de Congrès à la FGTB wallonne, son secrétaire général Thierry Bodson, a répété son appel lancé il y a un an pour la constitution d'un front des gauches PS-Ecolo-PTB en vue des régionales de 2019. Rien d'étonnant quand on sait que le thème de ce congrès est " Construire un Nous à gauche ". Un message de soutien politique clair et net lancé par le syndicat.  

Nicolas Deprets, lui, n'y voit aucun coup de canif à l'indépendance syndicale. "C'est le prolongement de l'engagement syndical. Et cet engagement, il doit aussi se faire en politique", justifie le jeune homme, qui rappelle être syndicaliste avant tout, avant d'être socialiste. 

"C'est le prolongement de l'engagement syndical. Et cet engagement, il doit aussi se faire en politique;"
Nicolas Deprets
Attaché de presse FGTB

Nicolas Deprets défendra à la Province les thèmes chers à la FGTB:
réduction du temps de travail,
sauvegarde de l'emploi public (en l'occurrence ici provincial),
sauvegarde des services publics et de l'enseignement (provincial toujours). 

FGTB et PS, encore et toujours, même combat. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content