L'UE et le Royaume-Uni vont entamer les négociations commerciales

Donald Tusk, président du conseil européen ©EPA

L'UE à 27 a approuvé l'ouverture de la phase suivante des négociations pour la sortie du Royaume Uni pour déterminer la future relation entre les deux parties.

Les 27 dirigeants de l'UE, à l'exception du Royaume-Uni, ont donné leur accord vendredi pour passer à la phase suivante des négociations du Brexit. Ils ont ainsi suivi l'avis de la Commission européenne qui estime que des "progrès suffisants" ont été réalisés sur les trois sujets prioritaires (les droits des citoyens expatriés, la frontière avec l'Irlande et le règlement financier).

La Premier ministre Charles Michel a tenu à saluer "le courage de Theresa May qui a considéré qu'elle devait rejoindre les raisonnements que nous faisons depuis plusieurs mois sur la facture, sur la question irlandaise et sur les droits des citoyens". Le président du Conseil européen Donald Tusk a également félicité Theresa May dans un tweet.

Place maintenant aux discussions sur la future relation entre les deux parties. À quoi pourrait-elle ressembler? Si l’on prend les modèles de coopération existants entre l’Union et des États tiers, et qu’on y superpose les lignes rouges Britanniques - sortie du Marché unique, sortie de l’Union douanière - "Qu'est-ce qui reste comme partie lisible? Une seule: un Accord de libre échange sur le modèle du Canada", a indiqué Michel Barnier début décembre. Qui souligne que ce n’est pas la demande de l’Union, mais simplement "le gouvernement britannique qui ferme certaines portes".

Les Etats membres doivent donc définir le mandat du négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier, pour la négociation d'une période de transition. Ce mandat devrait être approuvé fin janvier. 

Lire également

Contenu sponsorisé

Partner content