"Les relations entre la Belgique et le Royaume-Uni restent aussi importantes"

Glenn Vaughan, le CEO de la British Chamber of Commerce, est déçu par le vote en faveur du Brexit, il ne le cache pas. Mais il veut envoyer un message fort à la communauté des affaires : les relations commerciales entre la Belgique et le Royaume-Uni sont et restent très importantes. Pour lui, le Brexit n’y changera rien.

Glenn Vaughan est CEO de la British Chamber of Commerce. Il est très déçu par l'issue du vote. 

 

Quel impact le Brexit risque-t-il d’avoir sur les relations entre le Royaume-Uni et la Belgique?

Les relations économiques entre la Belgique, l'Union européenne et le Royaume-Uni restent aussi importantes qu'elles l'étaient hier. Le référendum n'a pas changé cela. En ce qui concerne la British Chamber of Commerce en Belgique, les circonstances ont changé, certes, mais on continuera à faire la même chose, c’est-à-dire à aider nos membres.

 

Pensez-vous qu’il vaille mieux pour le Royaume-Uni et ses entreprises commencer les négociations de sortie tout de suite, afin de limiter les incertitudes, ou qu’il faudrait plutôt que le gouvernement britannique prenne le temps?

Je pense que le gouvernement va faire une pause et prendre le temps de réfléchir. Les Britanniques, comme les Européens, vont devoir digérer cet événement. Le processus prendra un certain temps. Ce sera très difficile de négocier en fonction de toutes les forces qui seront en présence, mais il faudra bien le faire et le faire vite.

 

Qu’est-ce que les Britanniques devraient négocier : un accès au marché unique ou un accord de libre-échange?

Ce serait très difficile pour les Britanniques de rester au sein du marché unique sans plus avoir leur mot à dire. Ils vont probablement préférer négocier un accord de libre-échange, quelque chose qui se situe entre un accès au marché intérieur et l’application des règles de l’OMC dans nos échanges commerciaux.

 

Pensez-vous que l’accord de libre-échange entre l’UE et le Canada puisse servir de base de négociation?

Ca pourrait être un point de départ. Mais je pense surtout qu’il faudra regarder tous les accords de ce type qui existent et à partir de là trouver un modèle sur lequel lancer les discussions. Il faudra en tout cas avoir un accord au plus vite.

 

Pensez-vous que David Cameron n’avait d’autre choix que de démissionner?

Cette décision ajoute aux incertitudes ambiantes, mais il devait le faire et sa décision ne m’étonne pas. Il s’est tellement positionné en faveur du maintien dans l’UE que le vote en faveur du Brexit ne pouvait que l’obliger à en tirer les conséquences. En plus, il lui aurait été très difficile de diriger les négociations de sortie avec l’UE dans ces circonstances.

 

N’aurait-il pas valu mieux pour le Royaume-Uni que ce soit David Cameron qui négocie la sortie avec l’UE plutôt que, probablement, Boris Johnson?

Je pense que quelle que soit la personne qui négociera pour le Royaume-Uni, elle sera consciente du fait que le partenariat entre notre pays et l’Europe est fondamental.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect