Nouvelle déconvenue pour Theresa May au Parlement britannique

©AFP

La Chambre des communes a infligé un revers à Theresa May en refusant par 303 voix contre 258 de renouveler son soutien à sa stratégie visant à obtenir de l'Europe des modifications de l'accord de Brexit.

A 43 jours de la date officielle du Brexit, Theresa May se retrouve une nouvelle fois fragilisée par les parlementaires britanniques. 

Le gouvernement May soumettait au vote une motion visant à obtenir le soutien des députés dans sa tentative de renégocier l'accord de divorce conclu avec l'Union européenne, mais sèchement recalé lors d'un vote mi-janvier au Parlement britannique. Ce jeudi, les parlementaires ont remis le couvert, rejetant par 303 voix contre 258 la motion de l'exécutif britannique. 

Conséquence de ce vote: Theresa May aura à présent beaucoup de mal à convaincre ses interlocuteurs européens de rouvrir l'Accord qui entérine les modalités du divorce avec l'UE. Avec le soutien des parlementaires, sa tentative de renégociation de l'accord de Brexit aurait eu plus de poids, notamment sur la question des "mécanismes alternatifs" au "backstop" nord-irlandais, la clause de sauvegarde qui doit éviter en dernier recours le rétablissement d'une frontière physique entre les deux Irlande.

Avant le vote, le ministre du Commerce international et fervent défenseur du Brexit, Liam Fox, avait prévenu les députés qu'un rejet de la motion, même sans effet contraignant, affaiblirait Theresa May et sa capacité à obtenir de Bruxelles un accord renégocié. "Nos partenaires européens vont écouter et suivre notre débat aujourd'hui pour voir, s'ils faisaient des concessions, si le Parlement pourrait s'en satisfaire", a-t-il déclaré à la BBC. "Nous risquons d'envoyer de mauvais signaux."

Le gouvernement May n'a pas tout perdu 

Les députés avaient auparavant mis en échec deux amendements déposés par l'opposition. Le texte déposé par le Parti national écossais (SNP), qui réclamait un report d'au moins trois mois de la date du Brexit, fixée au 29 mars, a été rejeté par 315 voix contre 93. L'amendement du Parti travailliste qui réclamait que le gouvernement May mette aux voix un accord de Brexit révisé d'ici au 27 février ou laisse le Parlement décider de la suite du processus a été refusé par 322 voix contre 306.

Un troisième amendement devait initialement être soumis aux parlementaires, mais la députée conservatrice Anna Soubry, qui en était à l'origine, a annoncé in extremis qu'elle le retirait. Il avait pour but de demander au gouvernement de publier son analyse des conséquences commerciales et économiques de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Lire également

Publicité
Publicité