Theresa May ne ferme plus la porte à un second référendum

©AFP

La Première ministre britannique a reçu le soutien de son gouvernement afin de proposer aux parlementaires son dernier plan pour faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne. Theresa May entend faire voter les députés sur la tenue d'un second référendum ainsi que sur le maintien temporaire du Royaume-Uni dans une union douanière avec l'UE.

Pour Theresa May, "il y a une dernière chance de trouver un moyen" de quitter l'Union européenne avec un accord. Pour y parvenir, la Première ministre britannique a proposé ce mardi aux députés de voter un "nouvel accord de Brexit". Le texte sera soumis au vote des parlementaires début juin et comporte pas mal de concessions, à commencer par la tenue d'un nouveau référendum, trois ans après celui qui a enclenché la procédure de divorce.  

"Aux députés qui veulent un second référendum pour confirmer l'accord, je dis qu'il faudra un accord et donc (adopter) le Withdrawal Agreement Bill pour qu'il ait lieu."
Theresa May
Première ministre britannique

Jusqu'ici, Theresa May n'avait jamais donné une suite favorable aux nombreuses demandes de soumettre son accord sur le Brexit au vote des Britanniques. Mais, dans son ultime tentative pour leur faire accepter l'accord de sortie par le Parlement, la cheffe du gouvernement dit reconnaître "la force authentique et sincère du sentiment de la Chambre des communes sur cette question importante". Autrement dit, le gouvernement inclura dans l’accord de retrait la question de savoir s'il faut tenir un second référendum. Toutefois, il y a une condition. Les députés devront d'abord marquer leur accord sur le nouveau texte avant d'envisager une consultation populaire. 

Dans le nouveau texte que Theresa May va soumettre aux élus, le gouvernement sera notamment tenu de trouver des arrangements alternatifs au "backstop" d'ici la fin de 2020. Cette disposition de l'accord de Brexit constitue un filet de sécurité visant à éviter le retour d'une frontière physique entre les deux Irlande. Il prévoit cependant le maintien de tout le Royaume-Uni dans une union douanière si aucune autre solution n'est trouvée.

"La réalité est qu'après trois tentatives pour obtenir l'accord du Parlement, nous ne quitterons pas l'Union européenne sans un accord qui puisse recueillir un large soutien au-delà des clivages partisans."
Theresa May
Première ministre britannique

Sur la question de l'appartenance à l'union douanière, Theresa May a indiqué qu'elle donnerait le choix au parlement d'y maintenir temporairement ou d'en sortir le Royaume-Uni. Le sujet avait notamment fait capoter les récentes tractations avec les travaillistes, le principal parti d'opposition. 

Le nouveau texte sera dévoilé dans les jours à venir et Theresa May doit prendre la parole ce mercredi devant les députés de la Chambre des communes. Des députés qui se prononceront sur la nouvelle offre du gouvernement au début du mois de juin après, pour rappel, avoir rejeté par trois fois le deal initial négocié avec l'Union européenne.

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

 

Lire également

Publicité
Publicité