Accord gouvernemental sur l'Union douanière en Grande-Bretagne

©EPA

Theresa May a pu obtenir de ses Brexiters un accord permettant de se rapprocher des exigences de l'UE.

Pas de coup de théâtre à Chequers. Theresa May a pu obtenir de ses Brexiters un accord permettant de se rapprocher des exigences de l'UE et d'éviter une rupture frontale avec l'Union douanière, qui était souhaitée par les partisans du "Leave" afin de négocier des accords bilatéraux.

C'est une "position collective", qui suggère donc que les Johnson, Gove et Davis ne vont pas démissionner dans l'immédiat. "Notre proposition va créer une zone de libre échange entre le Royaume-Uni et l'Union européenne, qui va établir des règles communes pour les biens industriels et agricoles", indique le cabinet de la Première ministre.

"Par conséquent, nous évitons les frictions commerciales, ce qui va permettre de protéger les emplois et les niveaux de vie, ainsi que nos engagement vis-à-vis de l'Irlande du Nord." Les Brexiters ont obtenu une formulation volontairement floue, qui leur laisse encore une marge de manoeuvre: "Un nouveau modèle de douanes permettant de signer des accord bilatéraux à travers le monde."

Un livre blanc à paraitre jeudi détaillera, en partie, les propositions britanniques à l'Union européenne dans l'optiques des prochaines négociations.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content