Après sa démission, Johnson parle du Brexit comme d'un rêve "en train de mourir"

Boris Johnson ©AFP

Boris Johnson a démissionné de son poste de ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Theresa May. C'est Jeremy Hunt qui a été nommé pour le remplacer.

Le secrétaire aux Affaires étrangères, Boris Johnson, a présenté ce lundi sa démission, dans la foulée du ministre du Brexit David Davis, quelques jours seulement après que Theresa May eut arraché un accord sur la stratégie britannique en matière de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Les deux ministres étaient en effet en désaccord avec la Première ministre sur la future relation avec l'Union européenne après le Brexit. "Nous sommes en désaccord" sur la manière de mener à bien le Brexit, a confirmé May quelques minutes après l'annonce officielle.

Pour Boris Johnson, le rêve du Brexit est "en train de mourir". "Nous nous dirigeons vraiment vers le statut de colonie" de l'UE, a écrit Johnson dans sa lettre de démission. Il a été remplacé dans la soirée par le ministre britannique de la Santé, Jeremy Hunt.

"Nous sommes en désaccord" sur la manière de mener à bien le Brexit.
Theresa May

David Davis a été remplacé lundi par l'eurosceptique Dominic Raab, 44 ans, qui était jusqu'ici secrétaire d'Etat chargé du Logement après avoir occupé le poste de secrétaire d'Etat à la Justice dans le gouvernement May.

"Cet après-midi, la Première ministre a accepté la démission de Boris Johnson de son poste de secrétaire au Foreign Office. Le nom de son remplaçant sera annoncé sous peu. La Première ministre remercie Boris pour son travail", ont déclaré les services de Theresa May.

La livre sterling efface une grande partie de ses gains face à l'euro et au dollar après cette annonce. Le rendement des obligations souveraines britanniques à dix ans a réduit sa progression, tombant à 1,294% contre plus de 1,31% avant l'annonce du 10, Downing Street.

"Les politiciens vont et viennent, mais les problèmes qu'ils ont créés pour les gens restent. Je ne peux que regretter que l'idée du Brexit n'est pas partie avec Davis et Johnson. Mais... qui sait?", a écrit le président du Conseil européen Donald Tusk sur Twitter.

Crise à 9 mois du Brexit

Les démissions de ces deux poids lourds du gouvernement, à moins de neuf mois du Brexit prévu fin mars 2019, plongent davantage l'exécutif britannique dans la crise alors qu'il est déjà englué dans les divisions de sa majorité sur l'avenir du Royaume-Uni hors de l'UE.

Elles interviennent quelques jours après une réunion de May avec ses ministres, le 6 juillet, qui avait abouti à l'annonce d'un accord sur la volonté de maintenir une relation commerciale étroite avec l'UE. Ce plan prévoit de mettre en place une zone de libre échange et un nouveau modèle douanier avec les 27, afin de maintenir un commerce "sans friction" avec le continent.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content