Boris Johnson succède à May: "Thank you, Theresa!"

©REUTERS

L'ancien leader des pro-Brexit a, sans surprise, été élu à la tête du parti Tory. Il succédera à Theresa May en tant que Premier ministre mercredi. Il reprend également l'épineux dossier du Brexit.

Le vote des 160.000 membres du Parti conservateur s'est achevé lundi après-midi et le résultat a été proclamé en fin de matinée ce mardi par les instances du parti. C'est l'ex-ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, 55 ans, qui a remporté le vote - sans surprise - face à Jeremy Hunt, 52 ans, l'actuel chef de la diplomatie britannique.

Boris Johnson a rendu hommage à son concurrent, Jeremy Hunt, mais surtout à Theresa May. "Thank you, Theresa!", a-t-il lancé. "Je sais que des gens questionneront la sagesse de votre choix. Mais personne n'a le monopole de la sagesse", a-t-il déclaré, en écho aux interrogations sur sa personnalité fantasque et sa capacité à gérer le pays dans le contexte épineux du Brexit. 

A ce propos, Boris Johnson a fait savoir qu'il n'était "pas intimidé par le défi car nous savons que nous pouvons le relever". Il a confirmé son intention d'entériner la sortie de la Grande-Bretagne de l'Union européenne pour le 31 octobre prochain.

Les réactions à l'annonce de sa victoire n'ont pas tardé. La Commission européenne l'a félicité et a fait savoir qu'elle voulait travailler "de la meilleure façon possible" avec lui. Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, s'est dit "impatient de travailler de manière constructive avec (lui) afin de faciliter la ratification de l'accord de retrait et de réaliser un Brexit ordonné". Le président Donald Trump l'a également félicité, estimant qu'il serait "formidable" en tant que Premier ministre.

Et la suite? 

Mercredi, après une dernière nuit à Downing Street, la Première ministre Theresa May répondra à une ultime session de questions au Parlement avant de se rendre à Buckingham Palace où elle remettra officiellement sa démission à la reine Elizabeth II en début d'après-midi.

Son successeur devrait prendre la parole quelques heures plus tard après avoir été, lui aussi, reçu par la souveraine, qui lui confiera la responsabilité de former le gouvernement.

©REUTERS

Boris Johnson hérite du lourd dossier du Brexit. Il devra mettre en oeuvre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, plus de trois ans après le référendum du 23 juin 2016 qui a vu les Britanniques voter à 52% pour le Brexit, et laissé un pays profondément divisé. Une mission sur laquelle Theresa May s'est cassé les dents, échouant à trois reprises à faire accepter aux députés l'accord de sortie qu'elle avait conclu en novembre avec les Vingt-Sept, ce qui l'a poussée à la démission. 

Boris Johnson, qui avait milité pour la sortie de l'UE – un choix opportuniste selon ses détracteurs –, promet un Brexit d'ici à l'échéance du 31 octobre. Il a répété que le divorce serait prononcé fin octobre, accord renégocié ou pas d'accord, promettant un avenir radieux à son pays.

Lire également

Publicité
Publicité