Publicité

Brexit: accord technique sur la frontière irlandaise

©AFP

Les négociateurs de l'Union européenne et du Royaume-Uni se sont mis d'accord sur un texte réglant la question de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord. L'accord inclut la "clause de sauvegarde" (backstop) qui va prendre la forme d'un accord douanier temporaire pour l'ensemble du Royaume-Uni, avec des mesures spécifiques pour l'Irlande du Nord.

Les modalités entérinant le divorce entre le Royaume-Uni et l'Union européenne font à présent l'objet d'un consensus, du moins au niveau technique. Avec l'accord sur la frontière irlandaise dans la poche, la Première ministre britannique Theresa May va réunir ce mercredi ses principaux ministres en vue de signer l'accord régissant le Brexit. Selon les médias britanniques, les ministres du gouvernement May sont convoqués un par un ce mardi soir au 10, Downing Street, avant ce conseil des ministres programmé en urgence ce mercredi en vue de signer "l'accord de divorce".

Les choses se sont accélérées ce mardi en fin d'après-midi quand la chaîne publique irlandaise RTE, citant deux sources "informées" a confirmé un accord sur la frontière entre les deux Irlande. La solution privilégiée par les négociateurs prévoit un "backstop', sorte d'assurance légale pour éviter en dernier recours la construction d'une frontière physique sur l'île irlandaise. Le texte réglant la question de la frontière entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord a été transmis à Londres. Cette mouture est, selon les deux sources , "aussi solide que possible" mais il serait incorrect d'en conclure que les négociations sur le Brexit sont "terminées".

L'Europe attend confirmation

Selon ces sources, un mécanisme de garantie est prévu pour éviter le retour à une frontière physique entre la République d'Irlande et l'Irlande du Nord. Cette clause dite de "sauvegarde" ("backstop") va prendre la forme d'un accord douanier temporaire pour l'ensemble du Royaume-Uni, avec des mesures spécifiques pour l'Irlande du Nord qui restera plus en phase avec les réglementations du marché unique que le reste du Royaume-Uni. Cet accord prévoit également un mécanisme de contrôle, précise la RTE, notant que le texte pourrait faire de nouvelles navettes entre Londres et l'exécutif européen. "On fera le point ce mercredi midi", indique une source à la Commission européenne, où l'on s'en tient pour l'heure à la ligne résumée ce mardi par le vice-président Frans Timmermans, à savoir qu'on "n'y est pas encore".

Sur les marchés, la livre sterling accroît ses gains face au dollar et à l'euro avec les espoirs d'accord sur le Brexit.

Invité à commenter devant le parlement irlandais l'information de la RTE, le Premier ministre irlandais Leo Varadkar a dit ne pas avoir parlé de cela pour l'instant avec ses conseillers. Plus tôt dans la journée, il avait estimé qu'il devait y avoir dans l'accord de retrait une "clause de sauvegarde" opérationnelle qui ne pouvait être annulée unilatéralement et qui ne pouvait pas avoir de date de fin. "Que ce soit une double clause de sauvegarde ou une clause de sauvegarde à la clause de sauvegarde ou une clause de sauvegarde hybride n'est pas le problème, ce n'est pas la question", a déclaré Leo Varadkar. "La question est d'avoir une garantie légale contraignante empêchant l'apparition d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et l'Irlande", a-t-il ajouté. 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité