Publicité

Brexit: le délai sera-t-il tenable?

©AFP

Theresa May repousse une réunion gouvernementale sur le Brexit. Ces retards et atermoiements rendent de moins en moins probable la tenue d'un conseil européen extraordinaire en novembre pour finaliser l'accord de sortie, prévu fin mars mars 2019.

La Première ministre britannique Theresa May a dû abandonner l'idée de réunir son gouvernement ce lundi pour approuver un texte sur le Brexit, selon The Independent (qui cite une source gouvernementale). Pourquoi? Ce texte ne devrait pas être prêt d'ici mardi, ce qui rend de moins en moins probable la tenue d'un conseil européen extraordinaire en novembre pour finaliser un accord sur le retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne, programmé dans moins de cinq mois, le 29 mars 2019.

May dans une position de plus en plus difficile

Theresa May a décidé de ne pas réunir son gouvernement après s'être heurtée à des résistances au sein même de son cabinet ainsi qu'à Bruxelles. Le Sunday Times avait aussi  rapporté ce week-end que quatre ministres britanniques favorables au maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne menaçaient de quitter le gouvernement sur la question du Brexit.

Dans une tribune publiée dans le Telegraph, l'ancien ministre des Affaires étrangères Boris Johnson, champion des partisans du Brexit, accuse quant à lui la Première ministre de préparer une "reddition totale" du Royaume-Uni. Johnson juge le gouvernement incapable de négocier un moyen de mettre fin unilatéralement au filet de sécurité ("backstop") exigé par l'Union européenne pour empêcher le rétablissement d'une frontière physique entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord. Cette incapacité du gouvernement transformera selon Boris Johnson le Royaume-Uni en "colonie" et en "Etat vassal" de l'UE.

Et que dit-on, du côté de l'UE?

Les négociations sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE se poursuivent intensivement, mais des problèmes persistent sur la question irlandaise, soulignait ce lundi matin le négociateur en chef de l'UE sur le Brexit, Michel Barnier, lors d'un Conseil à Bruxelles rassemblant les ministres des 27 en charge des Affaires européennes.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité