Charles Michel: "Nous sommes prêts"

Charles Michel a affirmé que les Européens était "prêts" pour négocier la relation future entre l'UE et le Royaume-Uni. ©AFP

Les Européens se sont dits "prêts" vendredi à négocier la future relation avec le Royaume-Uni, après la large victoire du Premier ministre Boris Johnson aux élections législatives qui ouvre la voie à un Brexit le 31 janvier.

Nous sommes prêts. Nous avons défini nos priorités", a lancé le président du Conseil européen Charles Michel au deuxième jour d'un sommet européen à Bruxelles. Charles Michel espère "une ratification rapide par le parlement britannique" de l'accord de sortie négocié entre Londres et l'UE, "afin que l'on puisse démarrer dans la sérénité, tranquillement, mais avec une grande détermination, la négociation sur la phase suivante".

Les Européens veilleront tout particulièrement "à l'intégrité du marché intérieur" et à ce que la future relation garantisse des règles du jeu équitables ("level playing fields") entre les deux parties. 

"Une future relation aussi étroite que possible"

Les 27 dirigeants européens doivent charger ce vendredi le négociateur de la Commission européenne sur le Brexit, Michel Barnier, de négocier cette relation commerciale étroite avec le Royaume-Uni. Selon la dernière version de leurs conclusions, vues par l'AFP, ils vont réaffirmer leur soutien à un "retrait ordonné" du Royaume-Uni "sur la base de l'accord" signé par Boris Johnson lors du précédent sommet, en octobre. 

Ils appellent de leurs voeux une "future relation aussi étroite que possible avec le Royaume-Uni" tout en soulignant qu'elle devra être "fondée sur un équilibre des droits et obligations et garantir des règles du jeu équitables" en matière de concurrence.

Le traité sur le retrait du Royaume-Uni prévoit une période de transition jusqu'au 31 décembre 2020, pendant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes et d'en bénéficier. La plupart des experts doutent que ce délai soit suffisant pour négocier la future relation.

Les prochaines étapes du Brexit

Voici les dates clés des étapes à venir dans le long et tortueux processus de Brexit.

  • 13 décembre: un nouveau gouvernement. Boris Johnson se rendra à Buckingham Palace pour être renommé Premier ministre par la reine Elizabeth II.
  • 17 décembre: nouvelle session au Parlement. Les députés nouvellement élus à la Chambre des communes choisiront leur "speaker" (président). Les 650 députés prêteront serment.
  • 19 décembre: discours de la reine. Elle devrait dévoiler le calendrier législatif de Boris Johnson. 
  • 31 janvier: Brexit. Boris Johnson va chercher d'ici là à faire adopter par le Parlement l'accord de divorce qu'il a négocié avec l'UE.
  • 1er juillet: date butoir pour prolonger la période de transition. Après le départ de l'UE, le pays entrera dans une phase de transition dans laquelle ses relations resteront inchangées avec les 27 jusqu'au 31 décembre 2020. Ce délai doit permettre aux deux parties de nouer une nouvelle relation en termes de commerce et de sécurité. Le Royaume-Uni peut aussi vouloir prolonger cette période pour un ou deux ans, mais doit informer l'UE de sa demande avant le 1er juillet. 
  • 31 décembre 2020: fin de la période de transition. C'est en l'état la fin des liens entre l'Union européenne et le Royaume-Uni tels qu'ils auront existé pendant 47 ans. Sans nouvel accord ou extension de la période de transition, commerce et transports, entre autres, risquent des perturbations majeures. 

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

Lire également

Publicité
Publicité