"Je pars sans amertume" (Theresa May)

©AFP

C'était dans l'air, c'est confirmé: Theresa May a annoncé qu'elle démissionnait de son poste de Première ministre britannique. Elle quittera la tête du gouvernement le 7 juin.

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

Elle a fini par céder. Après trois ans de résistance, pendant lesquels elle a affiché un mélange troublant de dévouement et de machiavélisme, Theresa May a fini par jeter l'éponge. La pression, émanant notamment de son propre camp, était devenue trop forte. Elle quittera ses fonctions le 7 juin prochain pour laisser la place à un nouveau dirigeant pour sortir de l'impasse sur le Brexit.

Le discours de démission de Theresa May

"Je regrette de ne pas avoir pu concrétiser le Brexit", a-t-elle affirmé ce vendredi, en annonçant sa démission: "Il est maintenant clair pour moi qu'il est dans l'intérêt du pays qu'un nouveau Premier ministre dirige cet effort. Aussi, j'annonce aujourd'hui que je vais démissionner de mes fonctions de dirigeant du Parti conservateur et unioniste le vendredi 7 juin", a-t-elle ajouté. "Malheureusement, je n'ai pas été capable de convaincre les députés britanniques de voter l'accord de Brexit", a-t-elle encore dit, avant de quitter le perron du 10 Downing Street en pleurs.

Johnson, grand favori

Qui va prendre le 10, Downing Street? Le nom de Boris Johnson, un Brexiter dur, revient en tête des pronostics. Il devra être élu par son parti, les Tories. En attendant, Theresa May restera donc à la barre. Le processus de désignation du prochain chef de file du parti conservateur commencera dès la semaine prochaine et sera nommé d'ici le 20 juillet, indique le Parti conservateur.

Malheureusement, je n'ai pas été capable de convaincre les députés britanniques de voter l'accord de Brexit
Theresa May
Première ministre britannique démissionnaire

Le Brexit, lui, reste incertain, le parlement britannique n'étant toujours pas parvenu à s'accorder sur les modalités de la sortie de l'Union européenne. Le départ de May ne facilitera pas forcément la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, puisque le nouveau dirigeant, sans doute un "Brexiter dur", voudra probablement une rupture plus nette. De quoi accroître la probabilité d'une confrontation avec Bruxelles.

©AFP

Lire également

Publicité
Publicité