analyse

Johnson a 100 jours pour convaincre

Boris Johnson à Londres. ©Photo News

Le successeur de Theresa May a confirmé sa volonté d’accomplir le Brexit le 31 octobre. À si court terme, ses chances de succès sont minimes.

Officiellement, il ne s’agissait pas encore de sa première intervention en tant que Premier ministre britannique, qui aura lieu mercredi soir au 10, Downing Street. Mais sa première prise de parole a déjà permis de dissiper les rares doutes: le nouveau leader tory et successeur de Theresa May ne sera pas fondamentalement différent de l’ancien ministre des Affaires étrangères ou de l’ancien maire de Londres. Et il n’aura ni la gravité, ni le sens de la mesure de celle qui l’a précédé à Downing Street.

Mais ce n’est pas pour ça que 66% des membres du parti conservateur ont voté pour lui. Sans doute même l’ont-ils choisi, justement, parce qu’il est fondamentalement différent de Theresa May, ainsi que de son rival vaincu Jeremy Hunt.

"Le mantra de la campagne qui vient de se terminer a été d’accomplir le Brexit."
Boris Johnson
Premier ministre

Boris Johnson n’a pas profité des six semaines de campagne pour exposer les détails de sa stratégie pour sortir de l’UE d’ici la date butoir du 31 octobre, mais cela ne compte guère pour les conservateurs, qui attendent avant tout un passage en force, à la hussarde. Peut-être même à la Donald Trump. Dans son premier discours, pourtant très court, Boris Johnson s’est d’ailleurs inspiré du Président américain en taclant le Financial Times, qui écrivait le matin même qu’aucun nouveau leader n’avait dû faire face à de tels défis à sa prise de pouvoir.

Alors que Theresa May a profité de ses derniers discours pour exposer les mérites du compromis, qui est, selon elle, à la fois la base et la noblesse de la politique, Boris Johnson va tenter de remobiliser l’électorat conservateur autour d’un front antieuropéen.

Euroscepticisme agressif

Ses chances d’accomplir le Brexit d’ici le 31 octobre sont extrêmement réduites, car l’UE n’acceptera sans doute pas de renégocier l’accord dans le sens souhaité par les Brexiters durs, et le Parlement britannique semble bien décidé à rejeter coûte que coûte un Brexit sans accord.

La stratégie de Johnson devrait donc être d’incarner un euroscepticisme agressif "officiel", de profiter des prochaines semaines pour faire le procès public non seulement de l’Union européenne, mais aussi de ses négociateurs.

Boris Johnson à Londres. ©Photo News

L’objectif sera soit de les pousser à la faute – en espérant par exemple faire sortir de ses gonds Emmanuel Macron, qui avait déjà flirté avec la ligne rouge au printemps dernier – ou en démontrant qu’il est décidément impossible de discuter ou de négocier quoi que ce soit avec "cette Europe".

Il devra alors trouver la meilleure fenêtre de tir pour déclencher ces nouvelles élections générales.

Les 100 premiers jours de Boris Johnson auront essentiellement pour but de se mettre en position de force pour à la fois être assuré d’une victoire contre Jeremy Corbyn et pour pouvoir justifier le déclenchement d’élections générales anticipées. Une victoire aux élections lui permettrait de remplir trois conditions essentielles à sa survie à Downing Street: avoir une légitimité démocratique, rendre le pays gouvernable grâce à une majorité renforcée et, enfin, assumer ses responsabilités en tant qu’ancien leader de la campagne pro Brexit.

Un bon timing sera primordial pour profiter de l’affaiblissement du parti travailliste et du fait que les cotes de popularité sont relativement élevées pour les chefs d’État ou de gouvernement au cours des trois ou six premiers mois.

La phrase clé du premier discours de Boris Johnson a été la suivante: "Le mantra de la campagne qui vient de se terminer a été d’accomplir le Brexit, d’unifier le pays et de battre Jeremy Corbyn. C’est ce que nous allons faire." Sa stratégie doit probablement se lire en sens inverse, le seul qui est possible: battre Jeremy Corbyn, unifier le pays et accomplir le Brexit.

Les trois prochains mois seront brûlants, mais rien n’indique que le déblocage de la situation est possible à cette échéance.

Lire également

Publicité
Publicité