Johnson rassure les entreprises

Boris Johnson en campagne le 16 novembre 2019. ©Photo News

Le Premier ministre britannique promet de nouvelles mesures en faveur des sociétés, qui sont majoritairement opposées au Brexit.

Révision à la baisse des business rates (taxe professionnelle britannique) pour les PME, hausse de l’exonération de cotisations sociales sur les salariés, nouveaux fonds pour l’investissement et la recherche: Boris Johnson envoie des signaux forts aux entrepreneurs, qui sont majoritairement opposés à la sortie de l’Union européenne.

Seul recul par rapport à des promesses faites par les précédents pouvoirs tory (Cameron, May) : l’abaissement de la taxe sur les profits des entreprises de 19% à 17% sera repoussé. "Le NHS (services publics de santé) est la priorité", a indiqué le Premier ministre dans un discours devant le patronat. Johnson fait ainsi opposition à la stratégie de son rival Jeremy Corbyn, qui a axé une bonne partie de sa campagne sur la défense du NHS.

"Idéologies dépassées"

"Il est temps que le Labour ouvre sa porte à un partenariat ouvert et durable avec le monde de l’entreprise."
Carolyn Fairbairn
directrice du patronat britannique

Le principal organisme patronal, la CBI, a vertement attaqué la stratégie du Labour, même si le parti de gauche reste le seul rempart au Brexit: sa directrice Carolyn Fairbairn estime en effet qu’"il est temps que le Labour ouvre sa porte à un partenariat ouvert et durable avec le monde de l’entreprise, et ne reste plus collé à des idéologies dépassées qui leur ferment la porte au nez. "

Le premier débat télévisé avant l'élection générale du 12 décembre aura lieu ce soir, et opposera les leaders des deux principaux partis. Deux tribunaux ont donné tort au LibDem et au Scottish National Party, qui souhaitaient prendre part à ce premier débat.

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

Il sera le premier d’une série de six débats ou soirées spéciales. Ce type de rendez-vous a explosé depuis dix ans, alors qu’il était très rare dans les décennies précédentes. Les Britanniques ne voulaient pas tomber dans la politique spectacle, et ont résisté jusqu’en 2010. Depuis, c’est l’inverse qui s’est produit, puisqu’ils font plus de débats télévisés de campagne que dans beaucoup d’autres pays.

Dans les sondages, Boris Johnson continue de faire son trou, puisque le parti tory atteint désormais 45% des intentions de vote. Le LibDem s’effondre à 11%. La prudence doit rester de mise car Theresa May comptait 47-48% d’intentions de votes au même stade en 2017.

Lire également

Publicité
Publicité