L'attentat de Londres s'invite dans la campagne

Débat entre présidents de partis sur la BBC le 29 novembre 2019. ©REUTERS

Brexit, immigration, services de santé, pression fiscale, et maintenant terrorisme. L’attentat du Fishmongers' Hall, près du London Bridge, vendredi dernier, a supplanté les autres grands thèmes de la campagne électorale. La politique antiterroriste du pouvoir conservateur est-elle efficace?

Boris Johnson a été forcé de monter au créneau pour indiquer, notamment, que 74 terroristes condamnés ont été libérés plus tôt que prévu ces dernières années, et que leurs dossiers allaient être réexaminés. Le terroriste Usman Khan, qui a tué deux personnes vendredi avant d’être abattu par la police, avait été condamné en 2012 à seize ans de prison, dont huit ans incompressibles, avec deux autres complices d’une cellule d’Al-Qaïda, pour avoir fomenté un attentat contre le London Stock Exchange. Il a été libéré en décembre 2018.

Le blocage du processus du Brexit a été la conséquence la plus directe de l’attentat de juin 2017.

Boris Johnson a indiqué que cette libération conditionnelle était la conséquence d’une loi votée par un gouvernement de gauche. La crédibilité des Tories est toutefois mise à l’épreuve sur ce dossier, puisqu’ils venaient de prendre le pouvoir au moment de l’arrestation de ce terroriste, en 2010. Depuis près de dix ans, ils n’ont jamais durci cette législation.

Même si les Tories continuent de dominer le Labour dans les intentions de vote, ils ne peuvent pas se permettre un couac de campagne, puisqu’une victoire trop courte pourrait compromettre la validation du Brexit par le Parlement.

Le parti de droite a déjà été très ébranlé par le précédent gros attentat, au même endroit, en juin 2017, cinq jours avant la précédente élection. La mort de 8 personnes et les graves blessures de 21 autres avaient influencé, dans une mesure difficile à quantifier, le choix des électeurs. Theresa May avait vu en quelques jours les intentions de vote pour le parti Tory s’effondrer, et avait dû se contenter d’une victoire à l’arraché. La conséquence politique la plus visible en a été l’alliance bancale avec le DUP nord-irlandais pour assurer une très courte majorité. Le blocage du processus du Brexit a été la conséquence la plus directe de l’attentat de juin 2017, lui-même précédé une dizaine de jours plus tôt par un autre attentat dans une salle de concert de Manchester.

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

Lire également

Publicité
Publicité