L'Ecosse est un pas plus près de l'indépendance

Nicola Sturgeon, Première ministre écossaise ©AFP

La Première ministre écossaise Nicola Sturgeon demandera un référendum d'indépendance la semaine prochaine.

La Première ministre du gouvernement autonome écossais, Nicola Sturgeon, s'est prononcée ce lundi en faveur d'un nouveau référendum sur l'indépendance, estimant que l'attitude du gouvernement britannique de Theresa May sur le Brexit ne lui laissait pas d'autre option.

"Si l'Ecosse doit avoir un choix véritable - c'est-à-dire lorsque les termes du Brexit seront connus mais avant qu'il ne soit trop tard pour choisir notre propre voie -, alors ce choix doit être proposé entre l'automne de l'année prochaine, 2018, et le printemps 2019."
Nicola Sturgeon
Première ministre écossaise

S'exprimant devant le Parlement d'Edimbourg, la chef de file du Parti national écossais (SNP) a dit espérer que cette nouvelle consultation, si elle doit avoir lieu, serait organisée entre l'automne 2018 et le printemps 2019. Elle compte demander l'autorisation d'organiser un référendum pour l'indépendance de la province cette semaine. 

"La semaine prochaine, je demanderai au parlement écossais de m'autoriser à trouver un accord avec le gouvernement britannique pour lancer la procédure qui autorisera le Parlement écossais à légiférer sur un référendum d'indépendance", a dit Mme Sturgeon à Edimbourg. "J'estime qu'il est important que l'Ecosse soit en mesure de décider de son futur (...) avant qu'il ne soit trop tard", a ajouté la Première ministre et chef des indépendantistes du SNP.

La faute au Brexit

Tandis que les électeurs du Royaume-Uni ont globalement voté en faveur d'une sortie de l'Union européenne lors du référendum du 23 juin dernier, les Écossais ont choisi à 62% le maintien dans l'UE. Mme Sturgeon redoute une concentration du pouvoir à Londres après le Brexit et l'effet que ce divorce pourrait avoir sur l'économie de l'Écosse.

62%
Les Écossais ont voté à 62% pour le maintien du Royaume-Uni dans l'UE en juin dernier.

Consulté en septembre 2014, les Écossais avaient rejeté à 55% la voie de la sécession, mais les nationalistes du SNP estiment que le contexte du Brexit a changé la donne. Selon un sondage BMG, 48% des Écossais y sont aujourd'hui favorables.

L'annonce de la Première ministre intervient alors que les députés britanniques examinent ce lundi après-midi le projet de loi historique autorisant la Première ministre britannique Theresa May à activer la sortie de l'UE.

"Facteur de division"

Un nouveau référendum d'indépendance en Ecosse serait un "facteur de division" et créerait "une énorme incertitude économique au pire moment possible", a estimé le gouvernement britannique. Le gouvernement écossais devrait se préoccuper davantage de "bien gérer" les dossiers intérieurs écossais, a ajouté Downing Street dans un communiqué.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés