L'idée de Boris Johnson pour contrôler l'immigration

Boris Johnson reprend l'initiative, après qu'une scène de violence conjugale a entaché sa crédibilité d'éventuel futur Premier ministre. ©Photo News

Boris Johnson propose un système d'immigration à points pour l'après-Brexit. Histoire de favoriser les plus qualifiés.

Le "contrôle" de l'immigration était un des grands thèmes lors de la campagne du Brexit en 2016. Theresa May avait déjà prévu de diminuer le nombre d'entrées sur le territoire britannique après le Brexit, en privilégiant les niveaux de qualification. Boris Johnson, favori pour succéder à la Première ministre, vient de proposer un nouveau système à points pour "contrôler" l'immigration

"Nous devons être beaucoup plus ouverts à l'immigration de personnes hautement qualifiées, comme les scientifiques, mais nous devons également assurer au public que, lorsque nous quittons l'UE, nous contrôlons le nombre d'immigrants non qualifiés qui arrivent dans le pays", déclare l'ancien maire de Londres, tenant d'un Brexit dur, dans un communiqué. "Nous devons être plus sévères envers ceux qui abusent de notre hospitalité", insiste-t-il. "D'autres pays comme l'Australie ont d'excellents systèmes et nous devrions en tirer des leçons."

Boris Johnson promet également de protéger les droits des quelque 3,8 millions de citoyens européens installés au Royaume-Uni à pouvoir continuer à vivre dans le pays, même en cas de Brexit sans accord le 31 octobre, comme Theresa May elle-même l'a garanti.

Pour rappel, Johnson est engagé dans une lutte avec le ministre des Affaires étrangères Jeremy Hunt pour devenir chef du Parti conservateur, à qui reviendra le poste de Premier ministre mais aussi l'épineux dossier du Brexit, programmé pour le 31 octobre. Boris Johnson et Jeremy Hunt seront départagés par les 160.000 membres du Parti conservateur. Le nom du gagnant sera annoncé le 23 juillet, et il devrait prendre ses fonctions le lendemain. Si Johnson est présenté comme favori, sa personnalité et sa vie désordonnée ont insinué le doute sur sa capacité à gouverner le pays et à mener à bien le Brexit. 

Pour l'anecdote, il vient encore de laisser les Britanniques perplexes en parlant de son hobby. "Je fais des maquettes de bus... Non je ne fais pas de maquettes. Je vais chercher de vieilles caisses en bois, vous voyez? et je les peins", a dit Johnson, 55 ans, à une journaliste de Talkradio. Ce sont "des vieilles boîtes en bois (...) qui doivent avoir servi à contenir deux bouteilles de vin, donc elles comportent une division, je les transforme en bus et j'y mets des passagers", a-t-il ajouté. "Je peins des passagers qui passent du bon temps dans un bus magnifique, faible en carbone, comme on en a amené dans les rues de Londres, réduisant le CO2, réduisant l'oxyde nitreux, réduisant la pollution."

Lire également

Publicité
Publicité