Publicité
Publicité

L'UE et Londres en passe de valider un accord "à la Suisse"?

Le vice-Président de la Commission européenne chargé du Brexit, Maros Sefcovic, s'est dit conscient des réserves que la proposition pouvait susciter au sein du gouvernement britannique. ©REUTERS

L'UE a proposé à Londres d'adopter un accord semblable au "modèle suisse" pour faciliter les importations de ses produits alimentaires vers l'Irlande du Nord.

L'Union européenne a invité, mardi, le gouvernement britannique à examiner la possibilité d'un accord vétérinaire, inspiré de celui régissant les échanges entre l'UE et la Suisse. L'objectif du consensus est de mettre fin au contentieux entre Londres et Bruxelles sur les contrôles alimentaires entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord.

La province britannique est toujours intégrée au marché unique européen pour les produits alimentaires.

Le vice-président de la Commission européenne chargé du Brexit, Maros Sefcovic, a souligné, lors d'une conférence, que les deux parties devaient avant tout s'attacher à rétablir une relation de confiance.

Cela suppose "de travailler en coopération et d'éviter toute surprise", a-t-il déclaré, sur base de la décision unilatérale de Boris Johnson de prolonger une période de grâce sur les importations de produits alimentaires vers l'Irlande du Nord.

Contrôles en suspens

En vertu du protocole nord-irlandais négocié entre Bruxelles et Londres pour l'après-Brexit, la province britannique est toujours intégrée au marché unique européen pour les produits alimentaires. Cette mesure est destinée à éviter le rétablissement d'une frontière physique avec la République d'Irlande. Un statut qui implique la mise en place de contrôles sur les produits alimentaires importés de Grande-Bretagne dans la province.

Ces derniers n'ont toujours pas été instaurés en raison d'une période de grâce prolongée unilatéralement par Londres, jusqu'à fin juin, puis avec l'accord de Bruxelles jusqu'à fin septembre.

Maros Sefcovic a, une fois de plus, mis en garde les Britanniques contre toute mesure unilatérale, rappelant que l'UE avait déjà lancé en mars dernier une procédure d'infraction contre Londres pour violation de l'accord de retrait.

Vers un accord "à la Suisse"?

Il a cependant dit privilégier une approche pragmatique et relevé qu'une solution à long terme pour éviter la mise en place de contrôles sanitaires et phytosanitaires sur les animaux vivants et les produits d'origine animale pourrait s'inspirer de l'accord vétérinaire entre la Suisse et l'UE.

"En continuant d'appliquer les règles sanitaires et phytosanitaires de l'UE, le Royaume-Uni se débarrasserait d'une grande majorité de contrôles en mer d'Irlande et n'aurait pas besoin d'effectuer des contrôles ailleurs."
Maros Sefcovic
Vice-Président de la Commission européenne chargé du Brexut

Grâce à cet accord, il n'existe quasiment aucun contrôle physique entre le bloc et la confédération, qui partagent un espace vétérinaire commun. "Cela pourrait être négocié très rapidement et répondrait à de nombreuses inquiétudes", a déclaré Maros Sefcovic. "En continuant d'appliquer les règles sanitaires et phytosanitaires de l'UE, le Royaume-Uni se débarrasserait d'une grande majorité de contrôles en mer d'Irlande et n'aurait pas besoin d'effectuer des contrôles ailleurs, à savoir en Irlande du Nord."

Le vice-président de la Commission européenne s'est dit conscient des réserves que cette solution pouvait susciter au sein du gouvernement britannique, tout en jugeant important qu'il ne se laisse pas "rattraper" par les inquiétudes concernant l'alignement des règles avec l'UE.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité