L'UE tente d'éviter la fin chaotique des négociations sur le Brexit

©EPA

Face à la volonté de conflictualisation de Boris Johnson, l’UE essaie de jouer la montre et de mener doucement le Premier ministre britannique vers le couperet du 19 octobre.

Les informations contradictoires sur les négociations du Brexit se succèdent à un rythme effréné depuis 48 heures, particulièrement depuis la conversation téléphonique entre Boris Johnson et Angela Merkel, mardi matin. Cette conversation, initiée par le Premier ministre britannique, a toutes les apparences d’un piège tendu à la chancelière allemande et aux Vingt-Sept, au mépris de toutes les conventions diplomatiques et d’une certaine culture politique européenne.

Guy Verhofstadt s’est élevé aux mêmes hauteurs que Boris Johnson en le qualifiant de "traître".

Prise de vitesse, l’UE semble vouloir revenir à la feuille de route initiale, qui prévoyait notamment que les Vingt-Sept restent sagement à l’écoute d’éventuelles propositions, au moins jusqu’au vendredi 11 octobre. Elle allume ici et là des contre-feux, fait mine de se résoudre à quelques ouvertures, n’hésite plus à recourir, à son tour, à des manipulations, afin d’édulcorer les petites agressions de Downing Street.

"Blame game"

L’idée est surtout de ne pas laisser Downing Street prendre le contrôle du "blame game" et lancer trop tôt sa campagne en faveur d’un no deal. Une campagne qui consistera, entre autres, à menacer de saper de l’intérieur l’Union européenne, et qui a déjà commencé avec des messages sibyllins à certains pays sur l’avenir de la coopération sécuritaire.

Le Premier ministre irlandais Leo Varadkar doit rencontrer Boris Johnson pour discuter ce jeudi des dernières possibilités de solutionner la problématique nord-irlandaise. Les chances de succès sont quasiment nulles. Les négociations classiques entre les parties britannique et européenne ont cessé à Bruxelles, et aucune rencontre n’est programmée dans les jours à venir, mais un entretien final, ou quasiment final, est prévu ce jeudi entre le ministre du Brexit Steve Barclay et le négociateur en chef de l’UE Michel Barnier. Ce dernier a tenu des propos contradictoires hier, affirmant d’abord sur Sky qu’un accord était "difficile mais possible", avant de déclarer devant le Parlement européen que l’UE n’était pour le moment pas en mesure "d’envisager et de trouver un accord". Parallèlement, le coordinateur du Brexit au Parlement européen, Guy Verhofstadt, s’est élevé aux mêmes hauteurs que Boris Johnson en le qualifiant de "traître".

Un sommet crucial

Les chances d’accord, ou même de non-accord formel signifié par l’UE, sont très réduites. Le sommet du 17-18 octobre, et la semaine qui y mène, seront au mieux parsemés d’échanges d’amabilités. Tout devrait se jouer le 19 octobre, où le Parlement britannique devrait être réuni, de façon exceptionnelle et inédite depuis la guerre des Malouines, pour prendre une décision sur la suite du processus. Sachant que la lettre de demande d’extension sera transmise quoi qu’il arrive d’ici le 31 octobre, par Boris Johnson ou par un autre Premier ministre désigné en catastrophe, l’enjeu sera surtout de définir le processus de sortie de crise. Motion de défiance? Extension plus longue que prévu? Second référendum? Élection générale?

La bonne nouvelle est qu’il s’agira encore d’une décision démocratique. La mauvaise est que rien ne garantit qu’elle solutionne le processus du Brexit. D’où la volonté de certains Européens de repousser la prochaine deadline à l’été prochain.

La Commission Juncker veut la fin des "rabais" en cas de Brexit

Pour la Commission européenne, il est temps que l’Union se décide sur le prochain cadre financier pluriannuel (CFP), le budget à long terme, visant la période 2021-2027. En vue du sommet européen des 17 et 18 octobre, la Commission Juncker a adopté mercredi une communication invitant les dirigeants des 28 États membres de l’UE à trouver un compromis avant la fin de l’année.

"Chacun doit désormais œuvrer à un compromis. Il s’agit de nous retrousser les manches et d’achever le travail", a indiqué Gunther Oettinger, le commissaire européen chargé du Budget, mercredi lors d’une conférence de presse.

La Commission Juncker avait déposé une proposition de budget au printemps dernier. En juin, les Vingt-huit, paralysés par le Brexit, avaient reporté les discussions au sommet d’octobre.

Dans sa proposition, l’exécutif européen propose de supprimer les "rabais", une faveur qui avait été accordée en 1984 au Royaume-Uni, qui profite aussi aux États les plus riches de l’UE, comme l’Allemagne, l’Autriche et le Danemark. Gunther Oettinger a insisté sur cette proposition"Imaginez que le Royaume-Uni nous quitte, la mère de tous les rabais disparaîtra aussi. Les autres rabais devraient alors disparaître", a-t-il dit.

Vu les tensions persistantes sur le front du Brexit, il y a de fortes chances que le débat soit à nouveau ajourné.

L’Union doit, entre autres, s’accorder sur le montant de ce budget, un problème auquel vient se greffer celui du départ du Royaume-Uni qui va coûter 84 milliards d’euros en 7 ans. La Commission propose 1,114% du revenu national brut à 27, contre 1,16% aujourd’hui. Le Parlement européen propose 1,3% du RNB. Plusieurs États réclament 1%.

Lire également

Publicité
Publicité