Le Brexit, une opportunité pour le secteur financier européen?

Michel Barnier, en charge des négociations du Brexit avec le Royaume-Uni, devant le parlement irlandais. ©AFP

Le Brexit n'est-il pas davantage une opportunité qu'un échec pour le secteur financier européen? C'est en tout cas l'avis du nouveau ministre français de l'Economie Bruno Le Maire. Grâce à un partenariat franco-allemand renforcé, le ministre voit dans le Brexit la possibilité de créer de la richesse et de l'emploi.

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire estime que le Brexit pouvait être "une opportunité" pour le secteur financier de la zone euro, lors d'un point-presse ce lundi avec son homologue allemand des Finances Wolfgang Schäuble. "Nous voyons dans le Brexit la possibilité pour nos entreprises financières d'être plus attractives qu'elles ne l'étaient auparavant" et de créer "de la richesse" et "de l'emploi", a estimé M. Le Maire, promettant de "saisir cette opportunité".

Il n'a en revanche rien dit des difficiles négociations qui doivent s'ouvrir pour définir les conditions de sortie de l'UE du Royaume-Uni, alors que les Etats membres ont confirmé ce lundi le mandat de leur émissaire, le Français Michel Barnier. Les Européens ont fixé trois dossiers qui devront être absolument réglés pour que le retrait soit jugé "ordonné":

  • Les droits des citoyens
  • Le règlement des questions financières
  • Les nouvelles frontières extérieures de l'UE (avec une attention toute particulière pour la république d'Irlande et la province britannique de l'Irlande du Nord)

Ensuite seulement, selon les orientations fixées par les dirigeants de l'UE réunis en sommet extraordinaire fin avril, des discussions pourront être entamées autour de la future relation entre l'UE et son voisin britannique, après plus de quatre décennies d'adhésion. La Première ministre britannique Theresa May insistait pour que les contours de cette future relation soient abordés en même temps que la sortie de l'UE, mais elle s'est heurtée à un net refus venu notamment de la chancelière allemande Angela Merkel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés