Le choc après le meurtre d'une députée travailliste

Jo Cox s’est fait tirer dessus en pleine rue alors qu’elle se rendait à une réunion avec des électeurs. ©REUTERS

La campagne du Brexit a été suspendue hier après que Jo Cox, une députée travailliste partisane du maintien du Royaume-Uni dans l’UE, a été attaquée en pleine rue. La jeune femme est morte de ses blessures. La police enquête sur l’attaque qu’elle qualifie d’isolée. Un lien avec le référendum sur le Brexit n’est pas exclu.

Le Royaume-Uni est sous le choc après le décès d’une députée travailliste, Jo Cox. La jeune femme, âgée de 41 ans s’est fait tirer dessus et poignarder en pleine rue. Elle se rendait à une rencontre avec des administrés de sa circonscription à Birstall, une petite ville près de Leeds, dans le nord de l’Angleterre. Elue depuis 2015, Jo Cox était une fervente partisane du maintien du Royaume-Uni dans l’Union européenne. Selon des témoins, son attaquant, un homme blanc de 52 ans qui a immédiatement été interpellé par la police, aurait crié au moment de l’attaque "Britain first", "la Grande-Bretagne d’abord". "Britain First", c’est également le nom d’un parti d’extrême droite.

Campagne suspendue

Jo Cox ©BELGAIMAGE

Partisans du maintien du Royaume-Uni dans l’Union et opposants ont suspendu leur campagne dans les heures qui ont suivi, sans attendre l’annonce du décès de la députée. Le Premier ministre David Cameron, qui devait faire un discours à Gibraltar, a annulé l’événement. "Il est juste que toutes les campagnes s’arrêtent après l’attaque terrible contre Jo Cox. Je ne tiendrai pas meeting ce soir à Gibraltar", a-t-il déclaré. Le lien entre l’attaque et la campagne du Brexit reste flou. Le chef de la police du Yorkshire a expliqué lors d’une conférence de presse en début de soirée que ses services ne recherchaient pas d’autre suspect que l’homme interpellé. Il a également parlé d’un incident isolé dont la police essayait encore de déterminer le mobile.

Mère de deux jeunes enfants, Jo Cox avait travaillé dans l’humanitaire avant de se tourner vers la politique. Elle a commencé par travailler pour l’épouse de l’ancien Premier ministre travailliste Gordon Brown, puis s’est présentée à l’élection générale de 2015 où elle avait remporté le siège de Batley and Spen. Les messages de sympathie et de soutien à sa famille et à ses proches ont très vite envahi les réseaux sociaux. "Toute la famille travailliste, et tout le pays sont choqués et affligés par l’horrible meurtre de Jo Cox", a tweeté le président du Labour, Jeremy Corbyn. "La mort de Jo Cox est une tragédie", a tweeté David Cameron.

"La mort de Jo Cox est une tragédie. C’était une députée impliquée et bienveillante."
david cameron premier ministre britannique

Sondages serrés

L’attaque est survenue au moment où la campagne du référendum entre dans sa dernière ligne droite. Et où la nervosité atteint son comble dans les deux camps alors que les sondages restent serrés, voire penchent dans le camp d’une sortie de l’UE. Selon une enquête de l’institut Mori publiée hier, le camp du Brexit aurait désormais 53% d’intentions de vote, contre 47% à celui des partisans du maintien dans l’Union. Les électeurs indécis ne sont cependant pas repris dans ce sondage.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés