Le procureur général britannique signe le probable arrêt de mort de l'accord du Brexit

©EPA

Pour le procureur général britannique, les risques juridiques du filet de sécurité irlandais dans l'accord de divorce avec l'UE restent "inchangés". Une mauvaise nouvelle donc pour la Première ministre Theresa May puisque les députés avaient massivement rejeté l'accord le 15 janvier à cause de ce filet de sécurité.

Selon le procureur général britannique Geoffrey Cox, dont l'avis est considéré comme crucial avant le vote des députés ce mardi soir vers 20h15 en faveur ou non de l'accord sur le Brexit négocié par Theresa May avec l'Union européenne, le "risque juridique" du backstop est "inchangé". Une mauvaise nouvelle pour la Première ministre puisque la position de ce brexiter convaincu avait donné les arguments pour le premier rejet de l'accord de divorce par les élus britanniques le 15 janvier.

Geoffrey Cox a jugé que les assurances fournies par les Européens à la Première ministre Theresa May sur la clause de sauvegarde irlandaise ("backstop") n'écartaient pas le risque légal de voir le Royaume-Uni enfermé au sein d'une union douanière après le Brexit.

"Je persiste et signe sur cet accord pour mon pays, nous regagnons le contrôle sur notre législation."
Theresa May

"La Première ministre et moi-même sommes convenus d'un instrument juridique contraignant précisant la nature du backstop", avait pourtant expliqué Jean-Claude Juncker lors d'une conférence de presse lundi à Strasbourg après une rencontre avec Theresa May. "Je persiste et signe sur cet accord pour mon pays, nous regagnons le contrôle sur notre législation", avait déclaré de son côté Theresa May, "nous devons avoir l'assurance qu'il n'y aura jamais de frontière dure avec l'Irlande", mais "des changements juridiquement contraignants étaient nécessaire. L'accord (de ce soir) signifie que l'UE ne pourra pas agir de manière à imposer le backstop de manière indéfinie".

→ Quelles conséquences du Brexit sur les marchés? Posez vos questions à Gina Miller, l'une des femmes les plus influentes de la City et l'un des fers de lance des anti-Brexit.

Ce qui n'est donc pas l'avis du procureur général britannique... Selon lui, le risque juridique reste bel et bien que le Royaume-Uni ne dispose d'aucun moyen internationalement licite pour sortir des arrangements de l'accord sur le backstop irlandais. Les députés conservateurs pro-Brexit ont d'ailleurs recommandé dans la foulée de ne pas voter pour l'accord révisé.

La livre sterling décroche

La livre sterling a décroché dans la foulée face au dollar pour reculer désormais de plus de 1% face au billet vert et retomber sur la barre de 1,30. Elle recule également de plus de 1% face à l'euro, à moins de 86,50 pence.

"Le sterling a piqué du nez en réaction au communiqué de Cox. Son opinion était celle qui comptait le plus; maintenant qu'il a clairement dit que le récent accord n'avait aucun poids, la porte est grande ouverte à une baisse de la livre face au dollar", commente Naeem Aslam, analyste marchés chez ThinkMarkets.

La devise britannique avait atteint 1,3288 dollar plus tôt dans la matinée, portée par des espoirs entourant un possible feu vert des parlementaires britanniques à l'accord fixant les modalités du Brexit.

→ L'avis complet de Geoffrey Cox est à retrouver ici.

Lire également

Publicité
Publicité