Nicola Sturgeon veut forcer la main de Boris Johnson sur l'Ecosse

Le présidente du parti national écossais (SNP) Nicola Sturgeon. ©REUTERS

Nicola Sturgeon veut que le Parlement écossais puisse organiser un référendum sur l'indépendance du pays.

Nul ne sait encore quand exactement aura lieu le second référendum sur l’indépendance écossaise vis-à-vis du Royaume-Uni, ni même si Boris Johnson donnera ce droit à l’auto-détermination, comme David Cameron l’avait fait au début de la décennie.

Mais la question figure au cœur de l’agenda médiatique écossais depuis l’élection générale de jeudi, qui a été marquée par un succès majeur du Scottish National Party (48 sièges sur 59) en Ecosse.

Ce jeudi, Nicola Sturgeon a officiellement transmis à Downing Street une demande de transfert de compétences permettant au Parlement écossais d’organiser ce référendum. La demande va très probablement être rejetée par Boris Johnson, qui a été très clair à ce sujet jusqu’à présent. Durant la campagne, le Premier ministre britannique a même fait usage d’une énième infox en indiquant qu’un vote en faveur du Labour allait rendre plus probable un référendum écossais. Nicola Sturgeon est devenue Première ministre au lendemain du premier référendum, et il ne fait aucun doute que l’organisation du second référendum sera au cœur de l’agenda politique jusqu’aux prochaines élections écossaises en 2021. La réponse de Johnson, qui sera durablement négative en raison des risques liés au Brexit, semble de nature à faire l’affaire de Sturgeon, qui en fera son principal argument de campagne.

À l’inverse, une réponse positive rapide de Johnson pour un référendum en 2020 serait un cadeau empoisonné. En cas de vote pour l’indépendance dès 2020, l’Ecosse devrait se préparer à sortir à la fois du Royaume-Uni et de l’Union européenne (avant une éventuelle réadhésion beaucoup plus tard). Un vote négatif serait donc très probable à une si courte échéance, et serait de nature à repousser aux calendes grecques le troisième référendum.

Le statu quo va prévaloir pendant quelques temps, même si la dynamique démographique rend très plausible l’indépendance écossaise à moyen terme, les jeunes générations étant à la fois farouchement favorables à l’indépendance et au maintien dans l’UE.

Dossier Brexit

Comment s'y retrouver dans l'imbroglio du Brexit? Toutes les infos et analyses dans notre dossier spécial >

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité