Quatre mises au point de Trump avant de quitter Londres

Donald Trump a poliment salué le travail "fantastique" de Theresa May. ©REUTERS

Les soins de santé ne seront pas inclus dans l'accord américano-britannique. Donald Trump est revenu sur plusieurs de ses positions juste avant de quitter Londres, où il effectuait une visite d'Etat.

La visite d'Etat de Donald Trump au Royaume-Uni se termine ce mercredi. Son court séjour aura été, comme souvent avec le président américain, teinté de déclarations abruptes et de contradictions. Il est ainsi revenu sur ses propos de mardi. Il avait alors laissé entendre que le service de santé public britannique (le NHS) faisait partie des négociations sur le futur accord commercial que Londres et Washington veulent nouer après le Brexit.

En envisageant un accord commercial "extraordinaire" avec Londres après le Brexit, il incluait le service de santé public britannique, le NHS, cher aux Britanniques: "Quand vous négociez sur le commerce, tout est sur la table. Donc aussi le NHS et tout le reste, et beaucoup plus encore." Cela avait provoqué des réactions outrées, le chef de l'opposition travailliste prévenant ainsi sur Twitter que "le NHS n'est pas à vendre".

Ce mercredi, il voit les choses autrement, le président américain: le NHS est "quelque chose que je ne considérerais pas comme faisant partie du commerce", a-t-il dit lors d'une interview à la chaîne de télévision ITV.

Bouder Corbyn... ou pas

Trump, qui effectue depuis lundi une visite d'Etat de trois jours en Grande-Bretagne, a aussi jugé "possible" de nouer un accord commercial avec Jeremy Corbyn, si celui-ci devenait Premier ministre. "Tout est possible", a-t-il affirmé. Pourtant, mardi, le président US avait révélé qu'il avait refusé de rencontrer le chef de l'opposition britannique, qui avait lui-même boudé le banquet officiel donné par la Reine. "Je ne pensais pas qu'il était approprié de le rencontrer, mais je le ferai. Je n'aurais certainement aucun problème avec cela."

Les dates-clés du Brexit

LIGNE DU TEMPS | Retracez le cours du Brexit, du vote du 23 juin 2016 à la démission de la Première ministre Theresa May en mai dernier, entre accords, votes et reports...

Méchante, Meghan?

Il a également clarifié ses propos sur l'épouse du prince Harry, Meghan qu'il avait qualifiée de "méchante" dans une interview au tabloïd The Sun. La duchesse de Sussex avait été critique envers Donald Trump à l'époque où il convoitait la Maison-Blanche. "Je ne parlais pas d'elle. J'ai dit qu'elle avait été méchante avec moi", a-t-il dit, ajoutant qu'il pensait qu'elle était "très bien".

Un type génial

Il a assuré avoir discuté avec le prince Harry, "un type génial" et l'avoir félicité pour la récente naissance de son fils Archie lorsqu'ils se sont rencontrés lundi à Buckingham palace. Balayant les rumeurs selon lesquelles le prince Harry aurait été froid lors de cette rencontre, le dirigeant a affirmé qu'il "n'aurait pas pu être plus sympa".

• Donald Trump quittait Londres ce mercredi pour retrouver Emmanuel Macron, la reine Elizabeth II et 300 vétérans à Portsmouth (sud de l'Angleterre). Ils y donnent le coup d'envoi des célébrations du 75e anniversaire du Débarquement du 6 juin 1944, étape clé de la libération de l'Europe du joug nazi.

Lire également

Publicité
Publicité