Theresa May et Jeremy Corbyn pourront-ils s'entendre?

Ce jeudi est le deuxième jour de négociations entre Theresa May et Jeremy Corbyn (ici à la Chambre des Communes), pour trouver un compromis entre l'accord de retrait défendu par la Première ministre et des conditions proches du maintien de l'union douanière, souhaitées par le leader travailliste. ©EPA

Le gouvernement britannique et l'opposition travailliste poursuivent leurs discussions pour trouver un compromis permettant à Londres de quitter l'Union européenne avec un accord, au lendemain d'un vote des députés en faveur d'un report de la date du Brexit.

De justesse. Les députés britanniques ont voté mercredi soir une proposition de loi visant à forcer la Première ministre à repousser la date du Brexit afin d'éviter une sortie sans accord de l'Union européenne, au moment où Theresa May cherche un compromis avec l'opposition.

Cette proposition de loi, votée à 313 voix contre 312, a été présentée par la députée travailliste Yvette Cooper qui a expliqué qu'il s'agit d'empêcher une sortie "chaotique" et "dommageable" de l'UE.

Examinée par les députés de manière accélérée mercredi, elle a pour but d'obliger la Première ministre conservatrice à reporter le Brexit au-delà de la date butoir du 12 avril si les députés n'arrivent pas à se mettre d'accord sur la manière dont le Royaume-Uni doit quitter l'UE.

Et maintenant? La proposition de loi doit encore être examinée jeudi par la Chambre des Lords, la chambre haute du Parlement, et la demande de report devra être approuvée par les dirigeants de l'UE. Le gouvernement a exprimé sa "déception" par la voix d'un porte-parole. "La Première ministre a déjà défini un processus clair par lequel nous pouvons quitter l'Union européenne avec un accord et nous nous sommes déjà engagés à demander un nouveau délai", a ajouté ce porte-parole, critiquant le caractère contraignant de cette proposition de loi. Ce vote a aussi rendu furieux les plus fervents défenseurs du Brexit, prêts à couper les ponts avec l'UE, même sans accord.

Bien que l'accord de divorce conclu fin novembre entre Londres et Bruxelles a déjà été rejeté trois fois par les députés, le gouvernement britannique n'exclut pas de représenter le texte au Parlement, s'il estime avoir les soutiens suffisants.

Le vote des députés intervient alors que Theresa May a initié une rencontre avec le chef de l'opposition travailliste Jeremy Corbyn mercredi pour tenter de trouver un compromis permettant au Royaume-Uni de quitter l'UE avec un accord soutenu par une majorité de députés. Ces discussions ont été jugées "constructives" par des porte-parole des deux camps même si Jeremy Corbyn a qualifié la rencontre d'"utile mais pas concluante". Bref, ces discussions semblent plutôt vouées à l'échec...

Même si un compromis devait être trouvé d'ici le vote du parlement, qui pourrait être programmé pour lundi 8 avril, les chances de majorité seraient très limitées: les conservateurs sont clairement opposés à un Brexit avec un maintien de l'union douanière et/ou des limites à la capacité de négocier des accords commerciaux avec le monde entier. Tandis qu'une part importante des travaillistes exigent de Jeremy Corbyn qu'il se positionne clairement, dès à présent, sur un second référendum. Ce second référendum semble bien être la seule solution capable d'obtenir une majorité, mais pas encore pour tout de suite, du moins pas tant que toutes les autres options n'auront pas été épuisées.

Lire également

Publicité
Publicité