billet

À des degrés d'hiver…

Humoriste

L'humeur de Bruno Coppens

Cela faisait tellement de temps que je n’avais plus entendu parler de ces bourreaux de notation qu’au moment où j’ai entendu à la radio les lettres "AA", j’ai pensé que c’était la belle résolution 2017 de Willy Borsus fuite à son infraction alcool de la rrr… heu! Suite à son infraction au code de la route. La Belgique est donc passée de AA à AA-.

Avez-vous remarqué le peu de cas que le monde politique et les médias ont fait de cette annonce? À part une montée d’adrénaline d’Elio Di Rupo. Normal! Ce dernier revivait le traumatisme vécu, il était alors 1er ministre, chaque fois que ces "experts de la finance" lui remettaient leur bulletin! Aujourd’hui, on s’en Fitch! Les sondeurs et spécialistes des évaluations, à force, se sont déjà mis les dix doigts des mains et des pieds dans l’oeil alors, ce AA-…

Et puis pourquoi Charles Michel devrait-il être puni pour mauvais traitement du budget fédéral?!? Regardez le sort de la papesse du FMI, Christine Lagarde. Elle a carrément été déclarée coupable et pourtant, même pas inquiétée "en raison de sa personnalité et de sa réputation"!

Voilà l’argument majeur, à resservir en toute circonstance: Charles Michel aussi est une personnalité et a belle réputation, il a déjà parlé à la tribune de l’ONU, a fait des selfies avec James Daniel Bond Craig, a arrêté Salah Abdeslam et tient depuis plus de 2 ans avec la N-VA au gouvernement. Et puis, pour être certain de la validité de ce diagnostic d’experts, ne devrait-on pas recouper les informations et attendre le rapport de Standard and Poor’s et de Moody’s?

En fait, en cette fin décembre, après cette "annus terrorribilis" et cette "éclatombe" d’artistes de talent, qu’est-ce qui pourrait encore nous atteindre? Alors en ce 31 décembre, chacun fait le check-up de son moral, de sa sensibilité touchée à des degrés d’hiver. "Je suis passé de AA à CC…". Il est tentant du coup de jouer à se faire peur, "C’est le retour des années 30!", de se repasser les images de tous les drames de l’année, comme si additionner la mort de Delpech, l’attentat de Zaventem, le Brexit et la démission de Joëlle Milquet pouvait former un puzzle où toutes les pièces s’emboîteraient facilement.

Je comprends aussi ceux qui s’abandonneraient au décompte des jours nous séparant de l’arrivée de Donald à la Maison-Blanche… Mais moi, le 31 comme les autres jours de l’année d’ailleurs, je cherche plutôt à réorchestrer en mots et histoires, ce qui nous tombe dessus sans cohérence. Ainsi, je pourrais écrire: "Jésus a demandé comme cadeau de Noël à son père une chorale prestigieuse afin de redynamiser la messe de minuit et du coup, Dieu le Père a rappelé à Lui tout le Choeur de l’Armée Rouge…." Haut le Choeur!

C’est ma manière de ne pas subir les infos. En les reliant entre elles, j’ai l’impression, l’illusion de dominer quelque chose et cela me procure une forme d’optimisme pour l’avenir. Noooon, je ne suis pas en train de vous balancer mes vœux pour 2017! Tout simplement parce que l’an dernier, à la même époque, on se disait qu’après le Bataclan, l’année 2016 ne pourrait être que meilleure alors… Pas de vœu, donc. Enfin… Si! Mais un seul, que je m’adresse à moi-même. J’espère vraiment être à la hauteur car, 2017 débarquant avec ses gros sabots et ses bruits de bottes, la réalité risque d’être plus décalée que mes billets.

Va falloir s’accrocher! Au 7?

Lire également

Messages sponsorisés