Humoriste

Elle porte un prénom d’une douceur délicate qui invite au voyage, à la rêverie. Tel un spray "fraîcheur océane", son prénom diffuse des sonorités pastel qui rappellent la musique diffusée dans tous les "Nature et Découvertes". Marine…

Pourquoi cette femme a-t-elle gâché par ses actes l’extrême volupté qui se dégage de son prénom?

Pourquoi veut-elle tant remplacer liberté, égalité, fraternité par rivalité, sécurité et propriété privée? Pour beaucoup de Français, depuis dimanche dernier, elle incarne la dame nation. Ce n’est pas un hasard d’ailleurs si elle s’est installée à Hénin-Beaumont, elle qui veut faire de la haine un beau monde où les Français seraient mieux entre eux, rien qu’entre eux.

L’électeur frontiste est-il vraiment en manque d’infection qu’il a cherché à s’inoculer ce venin distillé au fil des discours de Marine?

Je crois hélas que l’électeur du FN n’est même pas dupe du programme de ce parti. Il sait que Marine ne pourra évidemment pas "fermer les frontières", "revenir au franc", "expulser les étrangers" mais il s’en fout, l’électeur. Il n’en est plus à chercher une issue de secousse. D’ailleurs, il ne sait plus où il en est. Elle, elle sait. Qui elle est, qui elle hait. Et elle se sait, se sent soutenue. De l’autre côté de l’océan, aux Etats-Unis, on les entend, elles résonnent, les Trumpettes de la haine.

Là, je suis resté de longues secondes les doigts en suspension au-dessus du clavier. Montée de l’extrême-droite, angoisse climatique, expansion du terrorisme… Y a-t-il quelqu’un qui aurait une bonne nouvelle? Quelque part dans le monde?! Même infime. Je ne sais pas, moi, genre un accouchement qui se serait bien passé? Un train arrivé à l’heure en Wallonie ou, si c’est encore trop demander, le témoignage d’un homme qui aurait vu un jeune tenir la porte de la boulangerie à une vieille dame?

Devant mon ordi, j’ai l’impression d’être un urgentiste, vite trouver non pas un remède, ce serait prétentieux, mais un anesthésiant local, une péridurale lexicale, une pommade artisanale afin d’atténuer chez vous, lecteurs, lectrices, les effets de l’alerte niveau 3, les coups portés au coeur par cette haine de l’autre revendiquée haut et fort.

Les doigts sont retombés sur les touches car une réflexion, perfide, m’est venue: je vais finir par le regretter, moi, le père de la blonde! Il était tellement extravagant, au début de sa carrière avec son bandeau repoussoir sur l’oeil. Une caricature sur pied qui remuait fiel et terre. Lui au moins, c’était clair, franc du collier mais bon, les borgnes ont des limites. Il était devenu gênant…

Je me demande même rétrospectivement si l’expulsion du père il y a quelques mois n’a pas été orchestrée de toutes pièces avec éclats de voix, procès, appels, engueulades publiques, pour bien montrer le nouveau visage du Front National, coupant définitivement le cordon avec ce passé d’outrances.

Faire d’un drame familial "Qu’est-ce qu’on a fait au bon vieux?! " un argument de propagande, cela ferait bien partie de la tactique de Marine, non? Les Français ne sont pas au bout de leurs Le Pen.

Bruno Coppens jouera les 17, 18, 19, 26 et 31 décembre, à Wolubilis à Bruxelles, son spectacle "J’ai beaucoup éwoluwé!"

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés