Humoriste

La 88e cérémonie des Oscars sera célébrée ce 28 février, mais grâce à un vent favorable qui a déposé dans ma boîte mail la liste des lauréats, voici en exclusivité pour "L’Echo" les trois films qui rafleront toutes les statuettes ce dimanche. Il n’est pas étonnant que toutes ces réalisations traitent de l’événement majeur de l’année 2016: les élections présidentielles.

"Forrest Trump", un biopic retraçant l’histoire d’un simple d’esprit, milliardaire de son état, surnommé "Forrest Trump" et qui ne se rend pas compte des énormités qu’il lâche dans ses déclarations.

Le film suit Trump dans ses meetings où il sème le show et l’effroi, jouant sur le sentiment patriotique des Américains afin de doper la vente des armes dans une Amérixe déjà prête à attaquer l’univers entier.

Les séquences s’enchaînent où on le voit engranger victoire sur victoire, survolant les primaires avec une rage dévastatrice proche de la folie, rappelant ainsi cet autre film "Vol au-dessus d’un nid de caucus".

On voit ainsi tout un peuple en pleine régression nerveuse et les Etats-Démunis face à la montée en puissance d’un Trump qui semble d’ores et dégâts assuré d’obtenir l’investiture républicaine pour la présidentielle de novembre prochain.

Mais la fin du film reste ouverte, s’achevant sur le début du duel télévisé entre Ted Cruz et "tête creuse", comme on surnomme Trump dans le film.

"Bush cousu": film mélodramatique sur la campagne foireuse de Jeb Bush qui s’ouvre sur une scène très poignante au cours de laquelle on voit le candidat, lors d’un cocktail électoral, jeter les ponches et, s’emparant d’une nappe, pleurer toutes les larmes de son score, trop faible au demeurant.

Une scène entrecoupée de déclarations de citoyens américains qui manifestent leur ras-le-bol de payer des impôts toute leur vie parce qu’il y a tant de Bush à nourrir.

"Papy fait de la résistance!": un film sur le parcours de Bernie Sanders, le seul opposant farouche d’Hillary Clinton et ultime espoir, qui sait, de contrer l’arrivée de Donald Trump dans le fauteuil de cette Maison qui redeviendra Blanche après le départ de celui qu’on surnomma un temps "Black Pearl", la perle noire. L’éclat de celui-ci s’est terni au cours de la saison 2 de la série "Desperate House White" dont il était le héros.

"Papy fait de la résistance!" dresse un portrait tendre de ce politicien attachant et si âgé qu’on le surnomme "Bernie Star" en référence au lieu où les dinosaures sont exposés chez nous.

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés