"Guerre des trachées", B.Coppens

©Sofie Van Hoof

Le problème d’un hiver trop doux est que les microbes ne sont pas tués dans l’œuf.

Partout, les virus en profitent pour abattre leurs cartes, la grippe joue la toux majeure et les bactéries, malgré les campagnes prophylactiques, gardent leur profil actif. Même les Suisses ne pourraient fermer leurs frontières à cette invasion de lésions étrangères. Du coup, la bouche se mue en couve-gorge. Ca laryngite, ça pharyngite, ça bronchite, bref! C’est toute la santé qui gîte. Comme en 14, on rejoue la glaire des trachées, le palais salive d’avance. Ca grouille, ça gargouille et les miasmes enveloppent les mots que nos élus ressassent en bouche pour lancer leur campagne. Et ça se bouscule au postillon. Lancés à la face de tout le monde, les discours deviennent des fléchettes contaminées, des piques contagieuses.

Prenez les deux grands congrès du week-end dernier, ceux du MR et du FDF. Ce furent deux nids à microbes, deux endroits propices à la propagation de sécrétions bactériennes. À travers des discours imbibés de microbes visqueux, ce sont toutes les humeurs virales qui purent hurler, qui pullulèrent, qui purulèrent-même! Au FDF, les glandes oratoires ont produit une bile grasse, Maingain réglant ses comptes avec son ancien allié libéral qui se trouvait à un "jet de pierres", cette expression étant à prendre au pied de la lettre. Charles Michel, lui, transpirait abondamment en humant l’odeur testostéronée que dégageaient un Didier Reynders et un Vincent De Wolf, prêts à s’étriper. Ah! Si les mots projetés pouvaient servir de spray de désinfection… Dans le rôle d’arbitre, le fils Michel fait peine à voir: il doit désigner un vainqueur et n’ose pas, se réfugiant derrière le mantra "Une seule voix!". C’est sûr, d’ici le 25 mai, on peut s’attendre à ce que d’autres projections de bile débiles déboulent.

L’angoisse des élections donne des sueurs froides à tous. Chacun tente de trouver son créneau, sa voie mais cela sent la précipitation. Charles Michel parlait dimanche de "fêter l’immigration marocaine" avant de se rendre compte que son cheptel bruxellois est très, très blanc-bleu-belge. D’ailleurs, la liste libérale pourrait s’appeler non pas l’imprimante mais la déprimante 3D: De Decker, De Donnéa et De Permentier… "Je veux des Rama Yade, je veux des Rachida Dati à Bruxelles!" lança-t-il pour tenter de se rattraper. Mais en ne citant aucune personnalité belge, il s’enfonçait encore davantage. Quant au FDF, de son côté, l’idée est lancée: "Vive le libéralisme social!" Tiens. Cela ne vous rappelle rien? Allez! Quel est le programme d’action de droite du président de gauche? C’est du socialisme libéral! Malgré le divorce pas encore avalé (Ah! Ces glandes salivaires, décidément…), MR et FDF ont encore pour référence commune: la France! Alors si Maingain et Michel veulent cloner le duo Fillon-Copé pour s’arracher les voix de droite, qu’ils s’inscrivent direct au Festival du Rire de Rochefort, les dates tombent pile-poil durant la période des élections!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés