chronique

#JeSuisPersévérance

Humoriste

L'humeur de Bruno Coppens.

Mon amarsissage, lundi, sera douloureux, je le sens. Vu le réel non-déconfinement annoncé, mon mois de mars ressemblera assez fort au désert de la planète rouge. Ce mois printanier était pourtant ma terre promesse, mon exoplanète avec exo comme exode exotique hors des frontières, exonéré de test et d’attestations… Ah! Farnienter en terrasse de café, épicurer à l’étranger, mon slogan martien, martial même, était « Bourgeons-nous »! Et puis voilà, lundi déjà, Alexander, en père sévère, persévérait et signait la prolongation des efforts. Ce jour-là, il ne nous a pas du tout promis la lune alors mars, vous pensez.

Pourtant, je me sens tellement proche de cette sonde! D’abord, elle a atterri sur Jezero, un cratère où jadis, l’eau coula et où sans doute surgit de la vie. Moi, sur terre, quand je roule dans une ville wallonne le soir, je trouve aussi ci et là quelques traces, infimes certes mais réelles, d’une vie antérieure. La sonde a décollé le 30 juillet profitant d’une fenêtre de lancement entr’ouverte? Moi aussi durant l’été du déconfinement, fenêtres grandes ouvertes, je planais! Et enfin, la mission de la sonde sera en mars de prélever 40 carottes du sol martien. Et moi, qu’est-ce qu’il me reste à faire comme activité, croyez-vous, à part planter des semis dans mon jardin? En fait, on a, la sonde et moi, tant de points en commun: #JeSuisPersévérance.

Mon amarsissage, lundi, sera douloureux, je le sens. Mon mois de mars ressemblera assez fort au désert de la planète rouge.

Par ailleurs, lundi, Alexander a eu cette phrase, aussi précise et scientifique que les mots de Madame Irma lisant dans le marc de café : « Le futur n’est plus si lointain…. ». Du coup, j’en profite, Alexander, puisque ce futur n’est pas présent, pour te demander ceci: comme je suis dans la catégorie des non essentiels, pourquoi n’ai-je pas droit d’office à un voyage non essentiel? Ce serait raccord, non? Si les mêmes mots désignent à la fois mon statut et « une escapade à la Côte d’Opale », pourquoi ne pourrais-je y aller? D’autre part, quand je montrerai au policier à la frontière l’attestation signée par le programmateur du Comedy Palace de Valence me permettant d’aller jouer là-bas les 6 et 7 mars, est-ce que je basculerai directement dans la section « voyage essentiel »? Cela prouverait donc que le non essentiel devient… essentiel si je pars divertir les gens ailleurs qu’en Belgique... Ah! Tu entends, Alexander? Ça, c’est le rire d’outre-tombe de René Magritte découvrant que son surréalisme s’est réinventé pendant cette pandémie!

Est-ce que ce genre de question essentiellement existentielle peut aussi entrer dans un schéma mathématique comme les quatre projetés à la conférence? Non, je n’ironise pas! Je respecte totalement ce mathématicien, Nicolas Franco, il est aussi pianiste professionnel. Alors chapeau! Graphiques ou partitions, ce virtuose passe du variant brésilien aux variations Goldberg, il mixe Pythagore et Chopin, Debussy et Newton, César Franck et Einstein! Oh! Mais ce musicien qui murmure à l’oreille de De Croo, je vais lui suggérer de jouer du Vivaldi au piano lors du prochain comité de concert. C’est lui notre cheval de Troie, à nous les artistes! Il a raison, Alexander, notre futur n’est plus si lointain…

Lire également