chronique

Le Codeco décodé

Humoriste

L'humeur de Bruno Coppens.

Qu’ai-je retenu du Codeco de mercredi? Que la Belgique fait un meilleur score en vaccination qu’à l’Eurovision. Je sais, ce n’est pas un challenge insurmontable, certes, mais soyons positifs. Que l’expression "être en semi-distanciel" ne correspond pas à la moitié de la mesure de "distanciation sociale idéale" mais définit le fait que les élèves des deux degrés supérieurs du secondaire suivront les cours 50% en présentiel et 50% au Bois de la Cambre. Et que, dès le 8 mai, les terrasses ouvriront les jours de soleil et fermeront les jours de pluie. Du coup, ce yo-yo incessant combiné au lancer de frisbee conseillé par Yves Van Laethem permettra à l’Horeca de vivre un  « plan plein air » très ludique cet été.

Par contre, celui qui m’a filé des angoisses mercredi, c’est Elio Di Rupo, il était en abstentiel, est resté très évasif, n’a émis que des évidences et n’a rien annoncé de concret. Il n’était pas là, il repensait à son plan de relance Get up Wallonia!  Il doit regretter ce nom: Get up! Cela vous rappelle qui? Mais Bob Marley évidemment! Alors du reggae pour que les Wallons soient hyperactifs… Moi, dès que j’entends du reggae, je me couche, j’écoute pousser mes cheveux et m’endors sous ma rasta couette. Di Rupo veut mettre le turbo et il prend une musique de diesel. La Flandre a toujours une longueur d’avance? Nous, avec le Get up, on a une langueur d’avance.

Georges-Louis Bouchez? C’est un peu comme si en mai 68, vous aviez eu Daniel Cohn-Bendit et Charles de Gaulle dans le même corps.

Mais est-ce que Georges-Louis Bouchez aussi ne nous couve pas quelque chose? Lui, l’adepte de la désobéissance virile n’a pas moufté après le Codeco. Généralement, il se manifeste sur les réseaux sociaux juste après le dernier mot d’Alexander, appelant à ouvrir les salons de coiffure alors qu’Alexander vient juste officiellement de les fermer. De façon schizofrénétique, il passe des gestes barrières aux gestes barricades: "On acquiesce et puis on résiste!" Georges-Louis Bouchez? C’est un peu comme si en mai 68, vous aviez eu Daniel Cohn-Bendit et Charles de Gaulle dans le même corps. Il est le Macron belge, incarnant le "en même temps" cher à Emmanuel.  Jeudi matin, il n’a pas joué son rôle d’objecteur de confiance, je lui souhaite un prompt rétablissement.

Quant à Paul Magnette, lui, il s’est manifesté dans les médias de façon matamoresque avant le Codeco pour réclamer la réouverture des terrasses le 1er mai. Au PS, cette date, c’est comme Noël pour Maxime Prévot, Mariah Carey et Amazon, un ancrage puissant voire un phare dans la nuit ou du moins une piqûre de rappel. Mais comme la notion même de travail s’estompe au fil des mois pour beaucoup, la date de plus en plus déconnectée du réel risque de tomber en désuétude. Déjà que l’an passé, c’était une téléfête du télétravail, cette fois, avec les terrasses ouvertes, Paul aurait pu monter sur les tables, faire un discours vibrant, convoquer les trois Jean, Jaurès, Ferrat et Moulin. Bref, Paul vitupère et puis, au Codeco dès que Frank et Alexander haussent le ton, ses ministres la mettent en veilleuse. Paul? Appelez-le "bifidus réactif": "Ce qui se fait à l’extérieur, ne se voit pas à l’intérieur."

Lire également