Le compte à recours est lancé!

Chère lectrice, cher lecteur, y a-t-il, près de vous, un enfant en âge scolaire ou un proche aux études?

Alors, SVP, éloignez-le illico de ce journal et branchez Musique 3 à fond ou soumettez-lui ce problème géo-mathématico-politique: "Devant la multiplication des fractions armées et des divisions blindées, comment soustraire la racine tarée du mal pour lui faire payer l’addition?" Le temps qu’il ne trouve pas la solution, vous aurez déjà détruit ce papier en l’immolant ou en l’avalant. (Non, cela ne donne pas le cancer de la gorge! Depuis les révélations de Michael Douglas, c’est vrai, il faut faire gaffe à ce qu’on met en bouche.) Il est préférable que votre progéniture ne lise pas ce qui suit: le taux d’échec en juin serait aussi élevé que le niveau sonore d’un échange entre Didier Reynders et Charles Michel. La cause? Un manque évident de motivation. Il faut dire que nous, les adultes, ne donnons pas le bon exemple… Pourquoi persuader notre jeunesse d’éviter le zéro pointé à son examen lorsqu’elle remarque un État belge contournant des sanctions méritées?

La Belgique, souvenez-vous, aurait dû payer une amende pour non-respect des restrictions imposées par l’Europe. Elle a fait pression, œuvré en coulisse et, ayant le bras long à la Commission, elle est parvenue à éviter ce paiement! Il est donc possible de discuter une décision, en déduit l’élève. Il y a moyen de moyenner! Les comptes à recours, déjà bien lancés, devraient donc se multiplier. Ceci dit, avec tous ces pays européens au PIB éternellement dans le rouge, l’élève n’a plus l’impression qu’avoir une mauvaise note est dramatique. Bourreaux de notations ou professeurs, double A ou triple buse, cancres ou champions, les élèves et chefs d’état sont sur le même bateau. Le premier tombe à l’eau, mais le second? À l’eau? Non, mais allô quoi! T’as pas de champion! Allô? Non, mais allô? …

Et ce FMI qui vient d’avouer publiquement s’être trompé lourdement sur le niveau d’austérité imposé à la Grèce!(*) Croyez-vous que l’un des experts ait été envoyé retrouver les Pussy Riot en prison ou casser des cailloux à Cayenne pour faute professionnelle? Du coup, si votre étudiant se lamente demain, "mais pourquoi ceux qui font des erreurs de calcul ne sont pas sanctionnés comme nous, hum?", vous lui répondrez quoi? Les bons exemples sont finalement aussi peu nombreux que les échanges entre Reynders et Michel. Et puis cette habitude de modifier les règles en cours, pas bon pour le moral de l’étudiant, ça!

Dans ce domaine, la Belgique est d’ailleurs la reine (plutôt Fabiola que Paola, of course). Voyez les certificats verts. Leur valeur a changé en cours de déroute. Or le mot "certificat", pour un élève, est synonyme de diplôme! Alors quoi? Ce bout de papier, aboutissement de mes études, pourrait aussi demain être dévalorisé?

Si un gouvernement se permet de manger sa parole, comment donner envie à un jeune de décrocher le sésame qui l’enverra enfin… en stage d’attente!

Et que pensez-vous de la nouvelle querelle communautaire entre Kris Peeters et Rudi Vervoort à propos du stade sur le parking C? Cela sent le plan remis dare-dare ou plutôt tard-tard à cause de la deadline de l’Euro 2020. La Région bruxelloise se comporte comme un élève rendant un mémoire bâclé juste avant l’heure limite…

Enfin, j’espère que vos enfants n’ont pas lu l’interview donnée par le pianiste André-Marie Volondat, interrogé lors du concours Reine Élisabeth. Il déclarait: "Malgré cette victoire, je n’ai pas eu de carrière!" Alors là… pour couper toute envie d’étudier, il n’y a pas mieux! Un gars qui a dû bosser comme un fou, qui, malgré l’imposé, gagne le haut du podium et… nada? Il est aujourd’hui prof dans une simple académie de musique. De quoi vous dégoûter du moindre effort!

Je comprendrais que l’étudiant arrête de bosser et sorte guindailler ou, pour le dire plus élégamment, aille pratiquer la "remise de penne"… D’autant plus que, s’il échoue, rien n’est totalement perdu! Regardez le classement du Tour de France! Il a été fort modifié suite au déclassement des champions un peu trop "positifs". Du coup, les perdants d’hier ont été propulsés au premier rang tout en évitant, sur le podium, les sourires figés de la blonde Miss Lorraine à la robe aussi courte que les échanges entre Didier Reynders et Charles Michel… Cela donne un espoir fou aux recalés et aux busés!

Bref, vu tout ce que je viens d’énumérer, je crois que le seul moyen de stimuler votre étudiant est de lui promettre ou un Pass Festival de Dour ou la carte Walibi VIP…

Allez! Il est temps d’avaler cet article pour que votre jeune ne tombe pas dessus. Du saumon, c’est bon, non?

(*) Voir ma chronique du 26/1/13: "La chasse à cures".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés