billet

Les gens aux larges épaules...

Humoriste

L'humeur de Bruno Coppens.

Un des points de la Vivaldi m’a fait bondir d’une joie aussi intense que celle de Mathieu Michel recevant son premier ordinateur à Noël! La nouvelle coalition prévoit d’instaurer une contribution de la part de «ceux qui ont les épaules les plus larges ». Ah! Ma vengeance, enfin! Je savais qu’un jour, je serais récompensé d’avoir systématiquement reporté mon inscription en salle de musculation à l’année bicepstile suivante. Évidemment, ado, mince comme une allumette avec une coupe de cheveux à la Jackson Five (vous voyez un Chupa Chups? C’était moi!), quand je voyageais avec des potes en chantant du Lavilliers «Nous étions jeunes et larges d’épaules», l’humiliation que j’ai subie, sur l’échelle Georges-Louis Bouchez-Denis Ducarme, se classait  « premium ».

On se croirait à un gala de charité où l’animateur demande aux nantis attablés d’acheter des billets de tombola « au profit d’oeuvres caritatives »!

« Les gens aux épaules les plus larges ». Pourquoi ne pas dire les grandes fortunes? Pourquoi ne pas parler d’impôt mais  de contribution? On se croirait à un gala de charité où l’animateur demande aux nantis attablés d’acheter des billets de tombola «au profit d’oeuvres caritatives »! Cette expression sent le compromis entre PS et Open VLD: «D’accord, Paul, on va pomper les riches! » «D’accord, Alexander, on ne va pas trop les humilier! » Ils sont même fort valorisés! Car si quelqu’un a les épaules larges, il a du coup les reins solides et généralement le bras long, il sait comment jouer des coudes pour garder la tête haute. Tête, épaules… Vous la voyez se dessiner la silhouette du winner? Hum… Alexander, l’expression « des gens aux larges épaules », cette relation subliminale entre possession financière et musculature vigoureuse me rappelle ces blagues lourdingues reliant puissance des chevaux d’une voiture et taille de la virilité de son conducteur. Et puis, Paul, ce n’est pas sympa pour les moins nantis! Niveau corporel, il leur reste quoi? La cheville qui est ouvrière, les coudes usés à force de se les serrer et la tête hors de l’eau, si c’est encore possible?

« Les gens aux épaules les plus larges ». C’est trop flou, Alexander! Si un fortuné mesurant sa largeur d’épaules découvre qu’il fait, comme moi, un p’tit 55 cm ou pire, s’il ne franchit pas le cap 48, il sera quand même taxé? Et il n’y aurait pas de femmes hyper fortunées car, à part les nageuses est-allemandes, les épaules les plus larges sont bien masculines, non? Et enfin, Paul, ceux qui ont élargi leurs épaules à la force du poignet ne devraient-ils pas verser une plus petite obole que ceux nés une cuillère en argent dans la bouche et le postérieur dans ce produit laitier que leur majordome leur tartine tous les matins au lit?

Alexander et Paul, il faut appeler un chat un chat et appeler un oeuf un oeuf à peler. Qu’on leur fasse des ronds de jambe, du frotte-manche ou les yeux doux, cela n’empêchera pas certaines personnes aux larges épaules à prendre leurs jambes à leur cou afin de ne pas être pris à la gorge. Ils sont comme ça «les larges d’épaules», ils sont «on the road again » , c’est Lavilliers qui le chantait.

Lire également