billet

Parfois, la gauche ne meurt jamais…

Humoriste

Paul, tu devrais savoir que le timing, en politique, c’est capital. Pourquoi as-tu sorti ton livre "La gauche ne meurt jamais!" mercredi passé, le jour même où Hollande parlait au Panthéon? Tu l’as fait exprès? Est-ce pour faire contrepoids? Se dire que tout n’est pas perdu malgré les images diffusées par la télévision…

Car il faut avouer que, vu l’état du PS en France, j’ai eu l’impression que le président français, devant ces cercueils vides, enterrait tout le parti socialiste. Il fut très solennel et, reconnaissons-le, parfait! En fait, c’est ça qui est affreux avec Hollande, il est parfait. Mais seulement quand il s’occupe du passé de la France.

Ceci dit, ce n’est pas complètement stupide comme attitude de regarder en arrière, car la courbe du chômage, si tu te retournes, c’est comme dans un miroir, tu la vois qui s’inverse et elle grimpe donc au fil des mois depuis trois ans!

C’est sans doute cela qui doit empêcher François d’avoir le moral à zéro. Alors, à tour de bras, le président commémore, comme mort. Franchement, si l’on regarde les grands moments du président depuis 2012, on va retenir quoi? Des éloges funèbres, les commémorations de la guerre 14-18, celles de 40-45 et les enterrements de victimes du terrorisme.

Hollande, au fond, cela fait un peu plus de trois ans qu’il fait du freezing politique. Son slogan, réellement, c’est "le changement, c’est… maintenir!"

L’épisode du scooter? Il a confirmé l’enterrement de son propre couple. Et le pigeon qui s’est lâché sur l’épaule présidentielle le 11 janvier? Il évoquait, lui, les monuments aux morts couverts de… dons du ciel. Hollande, avant-même sa fin de mandat, est déjà l’homme du passé.

Mais bonne nouvelle! Vu le nombre de poilus qu’il a salués l’an dernier dans les cimetières, il n’y a peut-être que 24% de Français "vivants" qui aujourd’hui soutiennent sa politique, mais je suis sûr que 100% des Français morts au combat sont pleinement satisfaits du président et l’applaudissent des deux mmm… osselets.

Tiens, d’ici 2017, qu’est-ce qu’il lui reste, au président, comme tombes à gerber enfin… à fleurir? Hum… Pas sûr qu’on le retrouve aux futures élections, le Hollande. Les urnes, on dirait qu’il ne les aime que funéraires. Ah! Hollande, au fond, cela fait un peu plus de trois ans qu’il fait du freezing politique. Son slogan, réellement, c’est "le changement, c’est… maintenir!"

Alors, devrait-il faire comme l’UMP? Franchement, au PS, ce n’est pas en changeant le nom qu’ils vont sauver la farce. Par contre, petit conseil: pourquoi ne pas ajouter une lettre pour rappeler aux Français que le PS est un parti de gauche, genre ajouter la lettre "G" comme "gauche"? Ah non! PSG… Pas sûr que s’associer au Qatar soit vraiment la bonne issue de secours.

Tu vois, Paul, c’est bon de s’interroger sur le passé, le présent et l’éventuel futur d’un parti socialiste malade. Mais lancer en pâture un titre qui prête à contusions, est-ce la plus stimulante des idées? Ce titre rappelle trop la vieille méthode Coué: "Ca ira! Ca ira! Ca ira!" Dans les cours de marketing, on répète inlassablement aux étudiants, planchant sur des slogans, que l’usage de mots positifs déclenche dans l’inconscient du consommateur des stimuli tout aussi positifs!

Alors, Paul, plutôt que "La gauche ne meurt jamais", pourquoi n’as-tu pas choisi "La gauche vit toujours"? Quoi? Les gens vont se demander de quelle gauche on parle? Ah oui, tu as raison… Autant pour moi. Bonne dédicace, Paul!

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés