Plaisirs d'Yser…

Ah! Moi qui soupirais déjà d’ennui en lisant récemment dans un journal le chapelet des cérémonies qui s’organisent autour du centenaire de la guerre 14-18, je me rends compte aujourd’hui que l’année 2014 sera vraiment exaltante, un véritable champ de pagaille sur lequel flotteront à hargnes égales les drapeaux du nationalisme et… du fédéralisme!

Au fond, celui qui a déclenché les hostilités est… ce guide touristique "Lonely Planet"! Il vient de placer la Belgique, "joyau méconnu en Europe", en 8e position des pays à visiter, un choix s’imposant entre autres parce que se déroulera chez nous en 2014 ce "festival du souvenir qui durera jusqu’en 2018". Ce classement de faveur ressemble de prime abord à une victoire pour notre patrie qui décidément gagne en reconnaissance internationale jour après jour sauf que… le guide ne parle que des villes flamandes et de Bruxelles. La Wallonie semble rayée de la carte…

Cela doit particulièrement réjouir Geert Bourgeois, chargé des "festivités 2014-18", et Kris Peeters qui tentent depuis près de deux ans d’imposer dans le monde l’idée que seule la "Flandre" mérite d’être commémorée. Des "Flanders Fields Memorial Gardens" fleuriront dans de nombreux pays liés au premier conflit mondial, avec véritables mottes de terre "made in Vlanderen"! Bref, le ministre du tourisme veut en faire sa "Geert 14-18" en communautarisant cette page de notre Histoire avec une grande Hache. Les soldats wallons étaient-ils partis en vacance ou auraient-ils déserté pendant 4 ans? Si la Flandre cherche tant à valoriser son patrimoine et son histoire, c’est évidemment par calcul économique (chaque année, plusieurs centaines de milliers de gens visitent casemates et cimetières de la Flandre occidentale alors en 2014, vous imaginez…) mais aussi par ambition politique, quitte au passage à tuer une seconde fois ces troupes de soldats venus du sud et qui ont perdu la vie dans les tranchées de l’Yser.

Il sera très intéressant de voir si Bart, historien pointu, remuera ou non le couteau dans la plaine en réactivant la belle légende des soldats flamands tombés au champ d’horreur à cause d’une hiérarchie militaire ne lançant leurs ordres qu’en français… Ce mythe a constitué le ferment d’une conscience flamande qui en 40 favorisera chez beaucoup de nos voisins un beau "penchant pro-germanique" et qui au fil du temps transformera la Tour de l’Yser en monument hystérique. Ah! Le méchant francophone envoyant au massacre de pauvres soldats du nord, bel argument nationaliste, neen? Hum… Arme à double tranchée en vérité car la morale de ce conte pencherait plutôt en faveur d’une pratique du bilinguisme afin d’éviter tout malentendu. Parlons donc le néerlandais ET le français dans toutes les communes, à facilités ou non… Quand je pense que la ville de Menin a choisi le 1er janvier 2014 pour instaurer la langue des signes et n’autoriser que le néerlandais au guichet de son administration communale…

L’an prochain, une belle inflammation nationaliste est à craindre. Cette maladie pourrait s’appeler l’Ypérite et ses émanations risquent bien d’enfumer les urnes en mai prochain.

Et du côté de la communauté Wallonie-Bruxelles, me direz-vous? Ah mais attention! Des cérémonies seront bel et bien organisées pour honorer par exemple les résistants du Fort de Liège en 1914 mais j’ai l’impression qu’avec la communautarisation de ces événements, les élèves de classe primaire seront persuadés que deux guerres différentes ont eu lieu en même temps dans le pays. Et voilà comment on réécrit l’Histoire…

Non, décidément, 2014 ne sera pas "un long dimanche de fiançailles" entre poilus du nord et du sud.

[Suivez Bruno Coppens sur Twitter]

 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés