billet

Quand tout va reprendre...

L'humeur de Bruno Coppens

Vous verrez, quand tout va reprendre, le télétravail, on l’oubliera illico! On voudra tous se retrouver autour de la machine à cafter à se dire qu’au final, ce boss, prétentieux, tyrannique et aux blagues lourdes, il est quand même vachement bien!

Quand tout va reprendre, on se dira que le gouvernement chinois avait eu raison en 1975: un enfant unique par famille, c’est la limite.

Quand tout va reprendre, je sauterai dans le premier métro et je passerai de rame en rame en faisant du pole dance autour de la barre!

Quand tout va reprendre, le premier qui osera sortir en roman, BD, peinture ou film "Ma vie durant le confinement" sera envoyé illico sur la station Princesse Elisabeth pour 10 ans sans la possibilité d’une libération conditionnelle.

Quand tout va reprendre, on proposera à notre partenaire de mettre l’idée de couple " en quarantaine " et de redevenir célibataire à deux. Enfin! Chacun de son côté et ce, pour une durée renouvelable, comme lors du confinement, selon les directives des experts du couple.

Quand tout va reprendre, on offrira des bouquets de fleurs aux instits et aux profs qu’hier encore on trouvait gnangnans, coincés, donneurs de leçon et on leur proposera même de tenir le stand cannes à pêche, cookies ou trampoline lors de la prochaine fête scolaire!

"Vous verrez, quand tout va reprendre, le télétravail, on l’oubliera illico! On voudra tous se retrouver autour de la machine à cafter..."
Bruno Coppens

Quand tout va reprendre, on va revendre sur eBay nos machines à pain, nos kits de couture, nos boîtes de bricolage, " Origami, mon ami ", " Le macramé pour les nuls " et " la Peste " de Camus qu’on n’aura même pas lu.

Quand tout va reprendre, nos ados aux phéromones trop longtemps congelés sortiront faire l’amour sur les bancs publics, sur les ronds-points, dans les parcs, les cinés, les églises et la police, débordée, coupera la caméra de tous leurs drones.

Quand tout va reprendre, y’en aura toujours un dans votre entourage qui prétendra qu’on a trop exagéré, tout ce foin pour un bête microbe. Un autre avouera qu’il a continué à organiser des apéros dans sa cave avec ses potes. Un troisième dénoncera les Chinois qui ont fabriqué le virus, d’ailleurs, qui va racheter tous nos commerces et entreprises en faillite? Regarde en Grèce, les Chinois ont repris le Pirée! Demain, ce sera notre port d’Anvers, le lac de l’Eau d’Heure et le circuit de Francorchamps. Si ça rendait con finement d’être confiné, ça se saurait.

Quand tout va reprendre, plein de jeunes étudieront pour devenir aide-soignants, ambulanciers et virologues.

Quand tout va reprendre, Sophie Wilmès se retirera, le devoir accompli et rentrera chez elle retrouver les siens, que voulez-vous qu’elle accomplisse de mieux?

Quand tout va reprendre, on vendra notre appart, notre maison pour aller ensemble habiter le plus près possible de chez Marius Gilbert. Le mètre carré dans ce coin-là sera hors de prix certes, mais une dose d’immunité, ça ne se calcule pas.

Quand tout va reprendre, moi, je sortirai à 20 heures sur le pas de ma porte et j’applaudirai. Et vous aussi j’espère, pour entendre que nous sommes encore en vie et surtout, commencer à réapprendre l’approche physique sans appréhension, le toucher des mains sans peur, le hug sans angoisse, le baiser sans retenue, la vie sans la menace.

Tout va reprendre. Mais quand?

Lire également