chronique

Trump versus Covid-19

Humoriste

L'humeur de Bruno Coppens.

Qui de Trump ou du virus serons-nous définitivement débarrassés en premier? Vu les dates d’apparition d’un vaccin, aussi crédibles qu’une annonce de fin de rediffusion de la Grande Vadrouille, vous allez me répondre « Donald Trump! » qui, même s’il repassait une seconde fois, devrait faire ses valises et quitter la Maison-Blanche fin 2024! Hum… Vous croyez encore pouvoir fêter Noël en famille ce 24 décembre, vous, hein? Belle naïveté! N’oubliez pas qu’au participe présent, le verbe briguer (un mandat) rime avec brigand. Trump est capable, à l’instar de quelques présidents africains ou de son homologue russe, de s’offrir un troisième mandat voire de décrocher un CDI de président!

Au fond, entre le virus et Trump, c’est kif-kif. A part se confiner physiquement pour l’un ou médiatiquement pour l’autre, on n’échappe à aucun des deux. Ils ne ménagent personne et aucun vaccin ne se révèle efficace. Twitter a essayé de faire taire Trump en supprimant ses messages haineux? Aucun changement! L’incompétence de ce président a été démontrée et dénoncée dans des livres, aussi nombreux que les changements d’avis de Jan Jambon en une semaine? Aucun résultat! C’est la poêle Tefal de la politique, ce Trump. Et le virus, lui, semble aussi saisissable que Xavier Dupont de Ligonnès.

N’oubliez pas qu’au participe présent, le verbe briguer (un mandat) rime avec brigand.
Bruno Coppens

Et puis, regardez les conséquences de cette pandémie! En fait, le coronavirus semble avoir copié le programme du président républicain. Peu après son apparition, nous avons fermé les frontières avec nos voisins. Séparer le Mexique des États-Unis, Trump en rêvait avant même d’être élu!

Et puis, tout comme le Covid a muté, se tapant dorénavant des petits jeunes alors qu’en mars il se montrait plutôt gérontophile, le virus Trump s’est lui aussi modifié. Il vient de renforcer son système de défonce immunitaire en nommant à la Cour Suprême, Amy Coney Barrett, bourrée de conservateurs. De plus, il peut compter sur les "Proud boys" et autres milices de suprêmes machistes pour le protéger physiquement, si d’aventure un opposant oubliait la distanciation sociale que Trump impose tout autour de la Maison-Blanche.

Et puis cet été, en plein coeur du duel opposant ces deux-là dans la course au leadership du « plus méchant virus au monde », le Covid s’est invité à la Maison-Blanche, contaminant d’abord l’entourage du président avant de lui sauter à la gorge. Trump n’ayant jamais développé d’empathie pour quoi que ce soit ne fut pas une terre d’accueil pour le Covid. Trump a triomphé, il en est même sorti rajeuni!

Que faire alors? Joe Biden est-il le meilleur vaccin? Personnellement, il me fait autant rêver qu’un Noël au Palais assis entre Delphine et Paola mais disons que c’est un pis-aller, un président « par défaut ». Joe Biden? Un placebo bien placé. Il est au fond comme la chloroquine pour lutter contre le Covid, pas un miracle mais faute de mieux.  Allez! Moi, je vais aller brûler quelques cierges…

Lire également