Les effort que le Fédéral devra accomplir

©EPA

Le premier ministre Charles Michel et les vices-premiers se sont vus ce samedi pour entamer les travaux budgétaires. Une deuxième réunion est prévue dimanche en fin d'après-midi. Au programme: examiner le rapport provisoire du Comité de monitoring du budget et affiner les chiffres. Pour l'instant, on évoque une économie de 4,27 milliards à réaliser sur le budget 2018. Du lourd...

D'après un premier rapport provisoire du Comité de monitoring du budget, dont nous avons pu prendre connaissance, le gouvernement fédéral devra trouver 4,27 milliards d'euros pour boucler son budget 2018 en respectant la trajectoire imposée par le programme de stabilité. Pour 2019, l'effort est encore plus conséquent: 7,6 milliards d'euros. 

Pour 2017 par contre, l'ajustement à réaliser reste minime: le budget fédéral (entité I) ne dérape que de 83 millions d'euros.

Les vice-premiers se sont réunis ce samedi midi avec le Premier ministre Charles Michel. D'autres réunions sont encore prévues dimanche.

La ministre du budget, Sophie Wilmès, a réagi à la publication du rapport, en soulignant que les chiffres du Comité confirmaient la trajectoire budgétaire de 2017.

"Ils confirment aussi que des efforts doivent encore être consentis en 2018 et 2019, tout en sachant que la situation peut évoluer, notamment en fonction de la croissance réelle, a déclaré Sophie Wilmès. Nous avons parcouru beaucoup de chemin, le déficit s’est réduit malgré les difficultés de l’année 2016. La relance de l’activité économique est soutenue par des réformes ambitieuses. Nous devons poursuivre l’assainissement sans mettre à mal la reprise économique ni freiner les investissements et nombreuses créations d’emplois observés dans le pays. C’est dans cette optique responsable que le gouvernement entamera ses travaux pour déterminer l’effort à réaliser."

"Nous avons parcouru beaucoup de chemin, le déficit s’est réduit malgré les difficultés de l’année 2016."
Sophie Wilmès
Ministre du budget (MR)

Les constats

→ En 2017, le budget s'affiche encore en déficit de 1,4% du PIB, malgré un excédent de 726 millions d'euros réalisé dans la sécurité sociale.

→ A politique inchangée, le Comité de monitoring évalue actuellement le déficit structurel à -1,29% du PIB fin 2018. Mais en 2019, les choses se détériorent puisque le déficit grimera de nouveau à - 1,66% du PIB .

→ Pourtant, la sécurité sociale, elle, restera dans le vert bien vif, avec un boni de 931 millions d'euros en 2019 (et 859 millions en 2020).

Ces données restent plus optimistes que celles établies par la Banque nationale et le Bureau du plan. Ces deux institutions avaient estimé précédemment que les efforts à réaliser pour boucler le budget 2018 porteraient sur 8 milliards d’euros à trouver pour atteindre un équilibre budgétaire structurel.

Pour rappel, le programme de stabilité prévoit un retour à l'équilibre des pouvoirs publics (entité I et entité II) pour 2019.

Les mesures à prendre

Maintenant qu'ils disposent les données chiffrées, le gouvernement fédéral va pouvoir entamer ses travaux budgétaires. On sait que l'attelage de Charles Michel voudrait pouvoir prendre certaines dernières mesures fortes avant de rendre les clés de la rue de la Loi à l'équipe suivante.

Il reste encore un an et demi de travail avant l'échéance de la campagne électorale de 2019. Mais le tout dernier budget est rarement celui où se prennent les grandes décisions. Les partis sont déjà virtuellement en campagne électorale, et les arbitrages - déjà pas simple en période normale - ne peuvent plus se faire de manière sereine et détachée.

Pour réaliser ces efforts, le ministre des Finances Johan Van Overtveldt n'entend pas toucher au tax shift, c'est-à-dire la réforme fiscale entreprise par le gouvernement, mais préfère chercher du côté de la sécurité sociale. "Le tax shift a mis le moteur en marche. On ne peut donc pas y toucher. Nous devons voir comment garder sous contrôle ce qui pousse aux dépenses en sécurité sociale".

 Le travail va être d'autant plus compliqué que le gouvernement ne cache plus son ambition de réaliser une dernière réforme fiscale. Comment la financer? C'est tout le noeud de l'affaire...

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect