Mauvaise nouvelle pour Michel Ier: trou de 760 millions dans les recettes fiscales

©GYS/Reporters

Les recettes fiscales sont inférieures aux estimations avancées lors du contrôle budgétaire du mois d’avril. Le déficit se monte à 760 millions d’euros. Les attentats du 22 mars dernier expliquent en partie ce déficit. L’impact de l’événement se fait surtout ressentir dans les revenus de la TVA qui affiche, à elle seule, un déficit de 359 millions d’euros pour les cinq premiers mois de l’année.

A titre de comparaison, le déficit comptabilisé au niveau des revenus d’impôts se montait à 1,4 milliard d’euros l’an dernier à la même période. "Si l’on tient compte de l’impact de la menace terroriste sur les revenus, les chiffres sont assez conformes aux prévisions", a indiqué le ministre Van Overtveldt.

• Principal enseignement: l’impact des attentats du 22 mars se fait essentiellement sentir au niveau des revenus de la TVA. Les secteurs les plus touchés sont l’horeca et le tourisme. Après cinq mois, les revenus de la TVA affichaient un déficit de 359 millions d’euros par rapport aux prévisions. Mais on parle d’une reprise en mai, ce qui permet à Van Overtveldt d’espérer récupérer le retard au cours de l’année.

• Mais aussi... En dehors des revenus de la TVA, les paiements anticipés des entreprises sont décevants. Cette situation est également à mettre sur le compte des attentats et des taux zéro. Avec les taux bas, les paiements anticipés sont aujourd’hui moins intéressants pour les entreprises. Les choses devraient changer suite à la décision du gouvernement Michel d’augmenter les amendes en cas de paiements anticipés insuffisants. Mais entretemps, les arriérés se montent tout de même à 305 millions d’euros. Quant aux revenus de la taxe sur la spéculation, ils sont également moins élevés qu’attendu. Suite à l’introduction de cette taxe, le nombre de transactions boursières a baissé, réduisant au passage les revenus de la taxe boursière de près de 100 millions d’euros par rapport aux estimations.

• Les revenus du précompte mobilier affichent un retard de 305 millions d’euros. Pour Van Overtveldt, il s’explique par les taux bas et par le fait que bon nombre d’entreprises n’ont pas encore payé leurs dividendes annuels. "Ce retard pourra encore être partiellement rattrapé", affirme-t-il.

• Une bonne nouvelle quand même. Une bonne nouvelle vient du précompte professionnel, qui dépasse les estimations de plus de 200 millions d’euros. "C’est une preuve de la reprise du marché du travail", souligne-t-on au cabinet de Van Overtveldt.

→ Au total, le retard des revenus d’impôt se monte à 760 millions d’euros. Ce n’est pas une bonne nouvelle pour le gouvernement Michel, qui devra se lancer le mois prochain dans des discussions budgétaires très difficiles. La semaine dernière, il est apparu que la sécurité sociale affichait un déficit supplémentaire de 229 millions d’euros par rapport au contrôle budgétaire. Avec ce retard affiché des revenus d’impôts et les moins bons résultats de la sécurité sociale, la préparation du budget 2017 s’annonce encore plus difficile.

Le Comité de monitoring – le groupe de hauts fonctionnaires chargé du suivi du budget – se réunira à la mi-juillet pour analyser les montants qui devront être économisés. Plus tôt cette année, le Bureau du plan avait indiqué qu’il faudrait trouver près de 8 milliards d’euros pour arriver à l’équilibre budgétaire en 2018. Le gouvernement Michel maintient pour l’instant cet objectif.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés