Comment le Fédéral a comblé le trou de 3 milliards

©Lieven Van Assche

Voici les contours du budget ficelé par le gouvernement fédéral – du moins, dans sa dernière version, toujours provisoire.

Pour 2016, afin de limiter les dégâts, Michel réalise un effort de 308 millions. Pour l’essentiel, c’est en 2017 que cela se passe: 3 milliards d’euros.

Penchons-nous sur le cru 2017, où les économies se taillent la part du lion (70%, voir infographie). Cela a été dit et redit: les soins de santé absorbent à eux seuls 900 millions du tour de ceinture – au total, la Sécu livre en 2017 un effort approchant 1,4 milliard. L’addition générale est la suivante: 3 milliards à trouver, dont un "buffer" de sécurité de 740 millions. Là-dedans, Michel réactive pour 1,1 milliard de mesures déjà décidées mais non encore exécutées.

Confirmation: le précompte mobilier valse bien de 27 à 30%. Confirmation toujours: la taxe sur la spéculation, mal calibrée, est supprimée, tandis que la taxe boursière est dopée. Confirmation enfin: l’enveloppe bien-être ne sera plus allouée à 100%, mais à 75% (contre 60% sous Di Rupo). Un peu rude tout de même, celle-ci ayant été présentée, à l’époque, comme une compensation au saut d’index. Côté mobilité, Michel semble ne pas toucher aux voitures de société et plancher sur l’élaboration d’un budget mobilité.


©Mediafin

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect