L'Europe doute du budget belge

©REUTERS

La Commission européenne demande à 7 des 19 membres de la zone euro, dont la Belgique, des éclaircissements sur leurs prévisions budgétaires, s'inquiétant particulièrement pour l'Italie, Chypre et la Finlande, qui ne respectent pas les objectifs européens.

La Commission a également un courrier à la Belgique. Le projet de budget reste en conformité avec les objectifs, mais l'instance européenne... doute de sa capacité à s'y tenir. Le gouvernement fédéral doit ainsi fournir pour jeudi des explications sur les efforts structurels à fournir pour le budget 2017.

La Commission européenne veut donc plus d'explications de la part du gouvernement belge quant aux efforts structurels à fournir pour le budget 2017, ressort-il d'une lettre envoyée par le vice-président de la Commission Valdis Dombrovskis et le commissaire aux Affaires économiques et financières Pierre Moscovici.

• Dans la ligne de mire européenne, outre la Belgique, l'Italie, Chypre et la Finlande, qui ne respectent pas les objectifs européens. Et le Portugal, l'Espagne et la Lituanie, pour des raisons différentes, ont également reçu des courriers de la Commission leur demandant des explications.

Le budget 2017 a été présenté la semaine dernière. L'équipe Michel a fini par s'accorder sur des perspectives pour l'année prochaine qui lui permettent de présenter à la Commission une amélioration du solde structurel d'1,2% du PIB en 2016 et 2017, un effort estimé à quelque 3 milliards d'euros supplémentaires, et qui s'inscrit dans l'objectif du retour à l'équilibre en 2018.

"C'est dans la lignée de l'effort d'au moins 0,6% recommandé par le Conseil, mais une évaluation préalable pointe l'incertitude quant à la réalisation de cet effort".

La Commission exige dès lors, pour jeudi 27 octobre, davantage d'informations sur la composition précise de l'effort structurel envisagé en 2017. Valdis Dombrovskis et Pierre Moscovici évoquent notamment "les différents hypothèses sous-jacentes, les facteurs méthodologiques et des visions divergentes sur le rendement de certaines mesures".

Il est également souligné dans cette lettre, que la Belgique court encore toujours le risque de piétiner les règles européennes sur la dette, "même en tenant compte de la dérogation temporaire accordée pour les dépenses réalisées en matière d'immigration et de sécurité".

La Commission européenne a reçu le budget fédéral belge deux jours en retard, le 17 octobre au lieu du 15.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Partner content